Migration | La conférence régionale de l’Afrique du Nord salue l’engagement fort de Sa Majesté le Roi dans la mise en œuvre de l’Agenda Africain

Les participants à la Conférence ministérielle régionale de l’Afrique du Nord, organisée, jeudi par le Maroc et le Togo sous le thème “Panafricanisme et Migration”, ont salué le rôle et l’engagement forts de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en Sa qualité de Champion de l’Union Africaine sur la question de la migration.

Dans la “Déclaration de Rabat” sanctionnant des travaux de cette rencontre tenue en format virtuel, en prélude au 9e Congrès Panafricain prévu du29 octobre au 02 novembre 2024 à Lomé autour du thème “Renouveau du panafricanisme et rôle de l’Afrique dans la réforme des institutions multilatérales : mobiliser les ressources et se réinventer pour agir”, les conférenciers ont salué l’engagement Royal dans l’élaboration et la mise en œuvre de l’Agenda Africain sur la Migration, mettant en avant une vision nouvelle dans la gestion des migrations africaines et de la gouvernance en Afrique.

Les efforts déployés et le travail réalisé par la République togolaise et le Haut Comité en charge de l’Agenda de la Décennie 2021-2031 des Racines et de la Diaspora Africaine visant à accompagner les diasporas africaines dans une logique de co-développement et de croissance partagée, ont également été salués. De même que la pertinence du thème “Panafricanisme et Migration” de cette conférence régionale de Rabat et les excellentes conditions dans lesquelles les travaux se sont déroulés.

Les participants se sont, par ailleurs, félicités du regain d’intérêt actuel pour un panafricanisme renouvelé qui contribuera à fédérer davantage les initiatives des pays africains et des autres parties prenantes ainsi que les mobiliser autour des causes nobles et communes, soulignant la nécessité de renforcer la coopération, l’intégration et l’unité d’action du Continent africain afin de promouvoir une meilleure gouvernance de la migration.

L’ouverture à Dakhla d’un consulat général du Togo confirme le soutien constant à la marocanité du Sahara

Ils ont rappelé, à cette occasion, l’importance pour les pays africains de mettre en cohérence leurs stratégies nationales de gestion de la migration avec les Objectifs de Développement Durable et l’Agenda 2063 de l’Union africaine, insistant sur l’importance de renforcer le rôle des Communautés Économiques Régionales en tant que pivots centraux des actions de la diaspora africaine sur le continent.

Réaffirmant le rôle important de l’Union africaine pour une gestion ordonnée et coordonnée des migrations en établissant un certain nombre de dispositifs dont le Cadre de Politique Migratoire pour l’Afrique (MPFA) et son Plan d’action 2018-2030, ils reconnaissent les progrès réalisés au niveau mondial depuis l’adoption, à Marrakech, le 10 décembre 2018, du « Pacte Mondial pour des Migrations Sûres, Régulières et Ordonnées » (PMM), ainsi que par l’Assemblée Générale des Nations Unies, le 19 décembre 2018, et destiné à couvrir les migrations internationales dans toutes leurs dimensions à travers une approche globale et exhaustive.

Ils ont aussi rappelé les acquis et les avancées de la coopération africaine en matière de gestion des migrations, réaffirmant leur engagement à apporter des contributions aux réflexions globales dans la perspective d’apporter des solutions appropriées et adaptées aux spécificités du continent africain aux défis que représente le phénomène migratoire, tout en reconnaissant la nécessité de renforcer les relations entre la diaspora africaine et le continent dans l’optique d’impliquer davantage les Africains de l’extérieur et les Afro-descendants dans la quête de la prospérité et du développement économique et social.

Ayant conscience de la contribution de la diaspora et des Afro-descendants dans la promotion du continent africain à l’étranger et de l’importance d’opérer un profond changement du narratif sur les diasporas africaines, ils ont souligné la nécessité de développer et de mettre en œuvre plus de programmes et de projets offrant à la Diaspora et aux Afro-descendants plus de chances et d’opportunités sur le continent, tout en identifiant les causes profondes et les opportunités de la migration et la nécessité d’investir davantage dans le développement du continent africain.

RDC | Des experts africains soulignent l’impératif d’expulser la pseudo “rasd” de l’UA

S’agissant du Panafricanisme, de la Migration et de la Gouvernance, les participants ont appelé à œuvrer dans l’intérêt de continent en encourageant les pays africains à renforcer leur coopération régionale pour mieux gérer les flux migratoires à travers les Communautés Économiques Régionales (CERs), en mettant en place des politiques harmonisées et des mécanismes de coordination en matière de migration et de gouvernance.

Aussi, ils ont plaidé pour la mobilisation des voies et moyens nécessaires pour opérer le changement narratif sur la mobilité humaine et les migrations, tout en maintenant un contact étroit et de proximité avec les différentes générations de migrants et les Afro-descendants.

La Déclaration de Rabat appelle en outre à mobiliser les migrants et les Afro-descendants dans le cadre du renouveau du panafricanisme autour de la question de réforme des institutions multilatérales et d’une meilleure représentativité de l’Afrique dans la gouvernance mondiale, tout en réitérant la nécessité pour le Continent de se doter de données fiables et vérifiables sur les flux et les tendances migratoires en Afrique.

Les participants recommandent, à cet égard, à l’Observatoire Africain des Migrations (OAM) à renforcer les capacités des États membres dans la collecte des données et statistiques fiables relatives à la migration africaine, ainsi qu’à s’attaquer aux causes sous-jacentes qui incitent les citoyens africains à migrer, en ciblant la pauvreté, la discrimination et les déplacements dus aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles.

LR/MAP

,

Voir aussi

dialogue social,Gouvernement

Les améliorations de revenus depuis le lancement du dialogue social ont bénéficié à 4,25 millions de personnes

Quelque 4,25 millions de personnes, dont 1,25 million de fonctionnaires et 3 millions de salariés …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...