Ouverture à Oujda du 4ème Salon maghrébin du livre “Lettres du Maghreb”

La 4ème édition du Salon maghrébin du livre “Lettres du Maghreb”, organisée par l’Agence de Développement de l’Oriental en partenariat avec le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, sous le thème “L’écriture et le temps”, s’est ouverte mercredi soir à Oujda.

La cérémonie d’ouverture de cet événement culturel, organisé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en partenariat avec la Wilaya de la région de l’Oriental, le Conseil de la région et le conseil de la Commune d’Oujda, l’Université Mohammed 1er, l’Académie régionale de l’éducation et de la formation et la Fondation marocaine pour la promotion de l’enseignement préscolaire, a été rehaussée par la remise des prix aux lauréats du concours de lecture à voix haute, organisé par l’Agence de développement de l’Oriental au profit des élèves des écoles primaires.

Les prix ont été remportés par Aboubakr Tiganimine dans la catégorie éducation inclusive, Douaa Rizki dans la catégorie langue arabe, Yasser Bouhaji (langue française) et Lina Bensaid (langue anglaise).

Dans une allocution lue en son nom par la Secrétaire générale du ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication -Département de la Culture, Samira Malizi, le ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, Mohammed Mehdi Bensaid, a salué cette manifestation culturelle “qui se distingue par son contenu profond et prometteur”, exprimant ses remerciements aux organisateurs pour “l’intérêt qu’ils portent à la culture, à l’intellect et au livre”.

Maroc/Jerada : El Othmani donne des gages à la population

Le thème “L’écriture et le temps” est un slogan éloquent pour célébrer la culture, “qui dessine les contours de notre relation avec le temps” et les écrits qui protègent la mémoire contre l’oubli, a souligné M. Bensaid.

“L’écriture reste une affaire géographique qui interpelle les cultures, les identités et les aspirations”, a-t-il dit, indiquant que le Salon maghrébin du livre, la ville d’Oujda et la région de l’Oriental, contribuent à la dynamique culturelle du pays en  accueillant nombre de grandes manifestations et d’éminents intellectuels.

Pour sa part, le wali de la région de l’Oriental, gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad, Mouad Jamai, a passé en revue les différentes manifestations culturelles qui se déroulent dans la ville d’Oujda, précisant que cette édition rendra un hommage posthume à Abdelkader Retnani qui avait contribué à la création de ce salon.

De son côté, le président du Salon maghrébin du livre, Mohamed Mbarki, a souligné que l’absence du Salon au cours des quatre dernières années en raison de la pandémie de Covid19 “nous fait prendre conscience de la valeur du temps”, faisant savoir que la 4ème édition de ce salon met en lumière la relation dialectique entre le temps et l’espace.

Salon Maghrébin du Livre : Une troisième édition qui promet

Organisée jusqu’au 21 avril au Théâtre Mohammed VI ainsi qu’à la Place du 3 Mars, cette manifestation favorise le rayonnement culturel de la ville de Oujda et de la région de l’Oriental et se distingue par la participation d’écrivains, de chercheurs, de romanciers, de philosophes et de poètes de pays africains, arabes et européens, permettant à 31 maisons d’éditions marocaines et étrangères de présenter leurs nouvelles publications.

A l’instar des éditions précédentes, cet événement sera marqué par des cafés littéraires, des ateliers pour les jeunes et les enfants, des soirées poétiques et des activités culturelles “Hors les murs” dans divers espaces de la ville, dans les établissements universitaires et éducatifs ainsi que dans les locaux de la prison civile.

En sus, l’édition se distinguera par une grande exposition d’artistes de la région et du continent africain qui aura lieu à la Galerie d’Arts “Moulay Hassan” sous le thème “L’écriture artistique et le temps”.

Le Salon connaîtra aussi l’organisation de multiples tables rondes en langue arabe, amazighe et française autour de thématiques diverses, notamment “Écrire le temps”, “Le temps de l’Islam”, “Diasporas et migrations”, “La numérisation du monde” et “Décoloniser l’esprit pour décoloniser les savoirs”.

LR/MAP

,

Voir aussi

Essaouira,Bayt Dakira

Essaouira | Appel depuis “Bayt Dakira” à ériger la diversité culturelle en catalyseur de paix

L’impératif d’ériger la diversité culturelle au rang de catalyseur de paix, a été mis en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...