samedi 21 octobre 2017

21ème Siel : Le livre en fête

Affiche siel 2015

Casablanca accueillera, du 13 au 22 février, la 21ème édition du Salon international de l’édition et du livre. La Palestine est l’invitée d’honneur de cette édition.

Quelque 750 éditeurs représentant 44 pays prendront part à la 21ème édition du Salon international de l’édition et du livre (SIEL), prévue du 13 au 22 février à l’Office des foires et expositions de Casablanca. Le ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi, a souligné que ces éditeurs, dont 281 directs et 459 indirects, vont exposer près de 110.000 titres (soit environ 3 millions de copies).
Le ministre a rappelé que la programmation culturelle de cette édition sera riche et diversifiée, élaborée par une commission institutionnelle comprenant 14 instances et qui se décline en 133 activités, dont 45 sont consacrées à l’enfant, avec la participation de 284 intervenants, dont des conférenciers, des créateurs et des intellectuels.
A l’instar des autres années, cette édition sera marquée par la remise du Prix du Maroc du livre et l’octroi du Prix international Argana que décerne Beyt Chiir (La Maison de la poésie) au Maroc, outre l’annonce de la liste courte du Prix international du roman arabe (Booker) pour la première fois au Maroc.

Le ministre a rappelé la mise en place d’un nouveau mécanisme visant à apporter un appui au secteur de l’édition et du livre, depuis l’année dernière, sous forme d’appels d’offres de projets auxquels a été allouée une enveloppe financière estimée à 10 millions de DH annuellement. Mohamed Amine Sbihi a également fait état d’un nouveau projet ayant pour but de soutenir les entreprises culturelles et artistiques, notamment celles qui entretiennent un lien avec le livre et l’édition sous forme de société nationale, afin d’appuyer ces entreprises basées sur le partenariat public-privé. Le but reste l’accès au financement et d’assurer des crédits à travers la création d’un fonds auprès de cette société destinée à garantir les industries culturelles. Le ministre a formé le vœu de voir ce projet contribuer au soutien de l’industrie du livre à travers le développement des points de production, de distribution et de commercialisation. La Palestine sera l’invitée d’honneur de la 21ème édition du SIEL à travers la tenue de nombreuse activités, notamment des séminaires, conférences et rencontres, avec la présence d’une importante délégation composée de 80 membres, conduite par le vice-Premier ministre et ministre de la Culture palestinien, Ziad Abou Amr.

Marocains du monde

Entre expositions, présentations de livres, ateliers, débats et hommages, le pavillon du CCME de cette année et pour sa 7ème participation accueillera des auteurs comme Adnan Taha, poète belgo-marocain, Jamila Atif, journaliste marocaine vivant en Russie, Jamila Azzouz, psychologue clinicienne, Charif Abdelhafid, chercheur marocain résidant aux Pays-Bas, Tarik El Atifi, rédacteur en chef du journal électronique Hespress ou encore Khalil Hachimi Idrissi, directeur général de la MAP. Ils participeront aux activités prévues par le CCME.

Prix du Maroc du livre

L’écrivain Mohamed Berrada a remporté, mercredi 4 février, le Prix du Maroc du livre dans la catégorie roman, pour son œuvre «Loin du bruit, près du silence». Lors d’une conférence de presse organisée pour la présentation du programme du 21ème Salon international de l’édition et du livre, Mohamed Seghir Janjar, président de la commission du Prix, a dévoilé la liste des lauréats, toutes catégories confondues. Dans la catégorie des sciences humaines, le chercheur Abdelilah Belkeziz s’est illustré avec son livre «Critique du patrimoine» (en arabe), publié par le centre d’études de l’Unité arabe à Beyrouth, alors que le Prix des sciences sociales a été remporté ex-aequo par Mohamed Harakat pour son ouvrage «Les paradoxes de la gouvernance de l’Etat dans les pays arabes» (Al Maarif Al Jadida à Rabat) et Hassan Tarik pour son œuvre «Le Printemps arabe et la constitutionnalité: lecture dans les expériences du Maroc, de la Tunisie et de l’Egypte» (en arabe), publié par la même maison d’édition. Le Prix du Maroc dans la catégorie des études littéraires, linguistiques et artistiques est revenu à Rachid Yahyaoui, alors que Abdennour El Kharaqui a obtenu le Prix de la traduction. Le Prix de la poésie a quant à lui été annulé pour cette édition, suite à une décision de la commission du Prix.
Les œuvres, toutes catégories confondues, qui ont été présentées pour cette édition ont par ailleurs atteint un total de 213, dont 67 dans la catégorie roman, 42 (études littéraires, artistiques et linguistiques), 36 (sciences humaines), 31 (poésie), 23 (sciences sociales) et 14 (traduction).
Publiée aux éditions «Le Fennec», l’œuvre de Mohamed Berrada a également été retenue dans la liste des seize candidats pour le Prix international du roman arabe «Booker 2015», dont la liste restreinte sera annoncée pour la première fois au Maroc à l’occasion de l’ouverture du SIEL, le vendredi 13 février.

Prix Argana

Le jury du prix «Argana» a décidé de décerner le trophée de cette année au poète portugais Nuno Jùdice, l’une des signatures les plus présentes dans la sphère poétique de son pays et du monde. Le Prix «Argana» est le premier décerné par une organisation marocaine indépendante spécialisée dans la création poétique internationale, en l’occurrence la «Maison de la poésie au Maroc», en partenariat avec la Fondation CDG et en collaboration avec le ministère de la Culture. C’est un prix international de poésie.

Bouchra Elkhadir

La France au SIEL


Dans le cadre de la Saison culturelle France-Maroc 2015, la France participe au Salon International de l’édition et du livre de Casablanca. Plus de 40 romanciers, essayistes, chercheurs, blogueurs et bédéistes du Maroc, de France et d’ailleurs feront entendre la voix de la littérature et de la pensée francophones autour d’«un monde à inventer». Ainsi, on prévoit la participation de l’écrivain Kamel Daoud, du cinéaste Hicham Laasri ou encore du philosophe Ali Benmakhlouf qui débattront d’une modernité à inventer et du pouvoir des images. On prévoit aussi la participation des fondateurs des blogs et médias en ligne, Mohammed Ezzouak (Yabiladi), Yves Gonzalez-Qujano, auteur des Arabités numériques, Hind Kabaj (Nouarbook) et John Toutain, fondateur du TEDex Casablanca. Le Pavillon France accueillera également des ateliers de jeux littéraires, ainsi que des ateliers d’écriture numérique avec les artistes Juliette Mézenc, Stéphane Gantelet et Pierre Ménard. Sans oublier la participation d’écrivains et de penseurs comme les romanciers Eric Reinhardt, Leïla Slimani, Valentine Goby, Kaoutar Harchi, Catel, José-Louis Bocquet et Mohamed Berrada, ainsi que des universitaires Paul Seabright et Safaa Monqid. Les plus jeunes découvriront la vie et inventeront un nouveau monde au gré de lectures, de contes et d’ateliers avec les auteurs et illustrateurs, Mathilde Chèvre, Zineb Benjelloun, Rebel Spirit et Cédric Liano. En soirée, la fête du livre continuera au Théâtre 121 de l’Institut français avec les Nocturnes, en compagnie deTouria Hadraoui, grande voix du Melhoun, de Sophia Hadi et, en avant-première, la mise en scène de la pièce de Kébir Mustapha Ammi, Fragments de silence.

Le stand de l’Espagne


L’Espagne sera présente à la 21ème édition du Salon International de l’Édition et du Livre. Dans le stand de l’Espagne, le public intéressé pourra découvrir quelques-unes des dernières publications espagnoles, profiter des rencontres avec des écrivains espagnols et marocains et assister à des conférences et des colloques sur des thèmes variés. Ainsi, on prévoit la participation de l’écrivaine Margarita Ortiz qui racontera l’histoire des Espagnols de Casablanca tout au long du XXe siècle, de l’écrivain marocain Mohammed Berrada avec la traduction en espagnol de son roman «La femme de l’oubli», de l’écrivaine hispano-marocaine Laila Karrouch avec ses deux romans autobiographiques et les écrivaines espagnoles RemediosZafra et Blanca Riestra qui présenteront leurs œuvres et participeront à une table ronde sur la littérature et internet avec l’écrivain marocain Mohammed Nedali… Mais aussi la participation de professeurs universitaires, chercheurs, intellectuels, éditeurs et traducteurs, avec leurs derniers travaux autour de l’histoire, la langue et la littérature.

Voir aussi

Street Art : Un atelier pour renouveler l’âme enfantine d’Assilah

L’atelier «Street Art» pour enfants, lancé le 10 juillet et qui s’est poursuivi jusqu’au  21 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.