Technologies numériques | Le digital comme état d’esprit

Secteur Des Technologies

La réussite du chantier de la au est assurément tributaire de la prise de conscience des organisations et du rôle du numérique comme levier de performance et de compétitivité, mais aussi et surtout du degré d’acculturation à l’esprit du digital.

Le a en effet réalisé des avancées considérables en termes de maturité digitale, cette capacité d’intégrer pleinement et à bon escient les dans l’organisation et la production. Cependant, cette maturité a été largement mise à l’épreuve dans le contexte de la crise sanitaire.

Une récente enquête réalisée par l’Association des Utilisateurs des Systèmes d’Informations au (AUSIM) a révélé en effet que les plus matures “digitalement” avaient bien géré la période de crise en limitant l’impact sur le business, et ce grâce à l’adoption des e-services pour leurs clients et le télétravail pour leurs collaborateurs.

D’autres, malheureusement, ont subi de plein fouet l’effet du confinement avec un impact sur le chiffre d’affaires de 50% voire 70%, fait ressortir cette enquête menée en avec Devoteam, une entreprise spécialisée dans le conseil numérique.

L’enquête qui a attiré plus de 11% des DG et plus de 60% de DSI et Directeurs du digital des grands groupes et PME marocains, démontre également que le besoin d’acculturer les collaborateurs aux nouvelles méthodes et techniques digitaux et agiles “revient chez tous les dirigeants”.

“Le Digital devient une nécessité : La crise sanitaire en est pour beaucoup ! Plus de 81% des répondants confirment que le digital est un avantage concurrentiel”, confie Hicham Chiguer, trésorier général de l’AUSIM.

Rabat | La transformation digitale au cœur de la “Travel Tech Morocco”

Approché par la MAP, M. Chiguer fait savoir que les marocaines utilisent de plus en plus d’outils collaboratifs et digitaux (87%). Ce chiffre est important et la crise a forcément impacté ce résultat.

Toutefois, M. Chiguer, également Directeur régional IT Admin, Control & IT Solutions (Région France--Benelux) à Majorel, souligne que “le legacy” est un fardeau qui empêche voire retarde le passage vers le digital. L’arbitrage est difficile à faire notamment lorsque les décisions se font sur la base des budgets, dit-il.

“Maintenir le Legacy pour stabiliser le Business ou innover et créer de nouveaux services – à travers des canaux digitaux – ? C’est là où le courage managérial est important car à mon sens, la décision ne se fait pas à travers le ROI (Return On Investment) et le TCO (Total Cost of Ownership), mais la question à se poser est beaucoup plus stratégique : Comment résister aux crises, continuer à progresser avec une croissance rentable et mettre mon client au cœur de ma stratégie d’entreprise (Customer Centricity)”, s’interroge-t-il.

Et c’est à ce niveau que le digital devient l’allié numéro 1 de “toute vision et stratégie qui se respectent”, précise-t-il, notant dans ce sens, que les marocaines ont compris que le digital est “une arme redoutable” qu’il faut intégrer dans le Business Model.

Stabilité financière : Jouahri souligne les risques liés à la transformation digitale

Il a, dans ce sens, mis en exergue les initiatives lancées pendant le confinement (Parapheur Digital, Signature électronique, e-services, loi sur la confiance numérique…), au moment que d’autres champions digitaux ont accéléré et continué à élargir leurs services, voire ouvrir leurs plateformes à d’autres écosystèmes ce qui est “plus que louable”.

Revenant sur le Pacte Maroc Digital (PMD), M. Chiguer note qu’il s’agit d’une proposition “sérieuse” qui sera à même de remettre le Maroc sur la voie du digital.

Il a également rappelé la création par l’AUSIM de deux programmes phares Post-Covid “AusAcademy” et “Ausmose”, faisant savoir que le premier vient répondre au besoin de l’acculturation et l’instauration du Digital Mindset au sein des entreprises.

Le deuxième programme, poursuit-il, consiste à créer des clubs qui viennent traiter des thématiques pour répondre aux besoins de la communauté. Ces clubs se composent d’un animateur et des membres issus de la communauté AUSIM pour enrichir le débat, poser les problèmes du quotidien et apporter des solutions ou démystifier les sujets à forte valeur ajoutée pour les entreprises.

Force est de relever la prise de conscience des dirigeants et patrons d’entreprises de l’importance de réussir le virage numérique au Maroc. La multiplication des efforts d’acculturation des collaborateurs, des clients et des citoyens quant à l’adoption des outils et services digitaux, demeure tout autant cruciale pour gagner la bataille de la digitalisation.

LR/MAP

Voir aussi

Marrakech,Global Capital Markets,AMMC

Marrakech | Ouverture de la Conférence internationale “Prévoir l’imprévisible – un trilemme pour les marchés des capitaux”

Les travaux de la Conférence internationale “Global Capital Markets – Expect the unexpected : a …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...