Salah Tamek à Joe Biden | Le “polisario” met en péril la stabilité et la paix dans toute la région et en fait un terrain propice pour le terrorisme

Mohamed Salah Tamek

Le “polisario”, en violant de façon ouverte et officielle le cessez-le-feu qui a été institué en 1991 et qui a toujours été respecté par le Royaume du Maroc, “met en péril la stabilité et la paix dans toute la région et en fait un terrain propice pour le terrorisme”, a mis en garde l’ancien Wali de la région Dakhla-Oued Eddahab, Mohamed Salah Tamek , soulignant que le “polisario” entretient des liens avec tous les mouvements armés dans le Sahel.

“Le polisario a violé de façon ouverte et officielle le cessez-le-feu qui a été institué le 6 septembre 1991 et qui a toujours été respecté par le Royaume du Maroc, en bafouant les accords militaires y afférents (…) et a annoncé le retour aux hostilités armées et mis toutes ses forces en état de guerre, mettant ainsi en péril la stabilité et la paix dans toute la région et en faisant un terrain propice pour le terrorisme”, écrit M. Tamek dans une lettre adressée au Président américain élu, M. Joe Biden.

Au sujet des événements d’El-Guerguarat, l’ex-professeur universitaire a tenu à rappeler à M. Biden que le Royaume du Maroc a toujours maintenu une zone tampon entre lui-même, l’Algérie et la Mauritanie, sans que cette mesure lui ait été imposée

“L’ONU sait que la berme a été construite bien avant le cessez-le-feu. Depuis Septembre 1991 et la mise en place de celle-ci, la route entre le Maroc et la Mauritanie demeurait ouverte et la circulation des personnes et des biens a été maintenue par toutes les parties”, a-t-il fait observer, relevant que ces dernières années, les dirigeants du Polisario “semblent avoir une sorte de fixation sur ce bout du désert”, tantôt menaçant le bon déroulement du rallye Dakar, tantôt empêchant les camions et les véhicules de traverser la frontière.

En octobre 2020, ils ne se sont pas contentés d’entraver les mouvements des véhicules, mais ont amené de la région de Tindouf, à 2000 km au nord, des soldats et des femmes civiles pour bloquer complètement la route, prenant ainsi en otage des personnes, des marchandises et de camions pendant plus de deux semaines. L’ONU et la MINURSO en ont été témoins, a-t-il rappelé dans cette lettre.

Les dirigeants du Polisario n’ont tenu aucun compte de la situation épidémique liée au Covid 19, négligeant les risques auxquels sont confrontés des conducteurs et des voyageurs pacifiques et ont profité de la tenue de la session du Conseil de Sécurité pour mettre tout le monde devant le fait accompli, a encore déploré M. Tamek qui a travaillé pendant plusieurs années avec les Nations Unies et la MINURSO.

En effet, a-t-il souligné, le “polisario” a violé la liberté de circulation des biens et des personnes, bloquant entièrement ce point de passage, au mépris de toutes les conventions internationales en la matière, notamment en cette période de pandémie du coronavirus.

M. Tamek n’a pas manqué de mettre en évidence les liens que le “polisario” entretient avec les mouvements armés dans le Sahel, surtout depuis l’apparition d’Al-Qaida et de l’Etat islamique, relevant la terminologie usitée par le “polisario” pour annoncer le cessez-le-feu, puisée dans le registre de langage utilisé d’habitude par les organisations terroristes islamistes.

Il cite, à cet égard, le cas des éléments armés du “Polisario” dont Aboulwalid Essahraoui, qui avaient rejoint les rangs d’Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui est une filiale d’Al-Qaida.

M. Tamek a aussi tenu à l’informer des problèmes liés aux différents types de trafic auxquels s’adonnaient les membres du “polisario” dans cette zone (traite d’êtres humains, trafic de stupéfiants et contrebande de tous sortes, y compris de chameaux !).

Fort de ses droits légitimes, écrit-il, et conformément au droit international et aux accords signés, le Maroc, confronté à une situation hautement problématique créée par le “polisario” qui ne cesse d’entraver la circulation des biens et des personnes, “n’a eu d’autre choix que d’utiliser la force pacifique pour libérer l’axe routier traversant la zone tampon d’El Guerguarat, reliant le Maroc à la Mauritanie, après avoir informé tous les pays voisins, à l’exception d’un seul”.

Ainsi, le Maroc, en réinstaurant l’ordre dans ces lieux, n’a été mû par aucune intention belliqueuse et a veillé à ce que l’utilisation éventuelle des armes soit limitée à la légitime défense, a insisté M. Tamek, relevant qu’en agissant ainsi, le Maroc n’a fait que restaurer la légalité et la liberté de circulation des personnes et des véhicules.

M. Tamek conclut sa lettre en s’adressant à M. Joe Biden : “Le Maroc, en tant que premier Etat ayant reconnu l’indépendance des États-Unis au 17è siècle, est enchâssé à l’est par l’Algérie et à l’ouest par l’océan Atlantique. Ses seuls débouchés sont le détroit de Gibraltar au nord et le poste frontière d’El-Guerguarat au sud. Tout blocage de ce dernier débouché étoufferait cet allié indéfectible et partenaire anti-terroriste de votre pays”.

LR/MAP

Voir aussi

L’Union des communautés juives d’Italie

L’Union des communautés juives d’Italie salue les efforts de SM le Roi en faveur de la paix

La présidente de l’Union des communautés juives d’Italie, Noemi Di Segni, a exprimé sa haute …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.