Polisario : Un passé sombre

«De Suarez à Gorbatchev, témoignages et confidences d’un ambassadeur», tel est le titre du livre que vient de publier José Cuenca, ancien ambassadeur espagnol. Un témoignage sur les événements qu’a connus l’Espagne durant la deuxième moitié du XXe siècle, depuis le premier chef de gouvernement espagnol Adolfo Suarez Gonzales (76-81) jusqu’à la chute du Bloc soviétique, en passant par la tragédie vécue par l’Espagne suite à l’enlèvement, fin des années 70 et début des années 80, de 38 pêcheurs espagnols par le front Polisario au large des Iles Canaries.

L’auteur avait été mandaté par le gouvernement Suarez pour négocier avec les terroristes du Polisario la libération des otages espagnols. «Nous avons mené à Alger des négociations dans le secret, pour libérer nos compatriotes», révèle José Cuenca au sujet d’un drame qualifié par les familles des victimes d’«attaque terroriste» ayant fait plusieurs victimes, dont un enfant… Ces révélations ont été reprises par les 300 familles canariennes, dont le président de l’ONG Acavite (Association canarienne des victimes du Polisario), Lucia Jimenez, qui n’est autre que le fils d’une victime morte dans une attaque terroriste perpétrée par les miliciens du Polisario contre l’usine Phosboucraâ.

Voir aussi

Elections 2021 Maroc,Omar Hilale,ONU,Sahara marocain

Elections du 8 septembre | La lettre de M. Hilale au Conseil de sécurité et au SG distribuée aux 193 Etats membres de l’ONU

Le Secrétariat général des Nations Unies vient de publier, en tant que document officiel du …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.