Maroc | Un rôle significatif à jouer dans l’approvisionnement de l’Europe en énergie verte

CGEM,Maroc,entreprises,énergie verte

Le Maroc peut, dans un avenir proche, réduire sa dépendance énergétique et jouer un rôle significatif dans l’approvisionnement de l’Europe en énergie verte, a indiqué, mardi à Casablanca, le Président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj.

Intervenant lors d’une rencontre tenue par la CGEM et le Club de chefs d’entreprises France-Maroc sous le thème « Décarbonation : levier de croissance durable », M. Alj a estimé que le potentiel que recèle le Maroc en matière d’énergies renouvelables, notamment sa capacité de production de l’hydrogène vert, peut lui permettre d’approvisionner l’Europe en énergies propres.

A ce titre, il a rappelé les engagements du Royaume dans la dynamique mondiale de lutte contre le changement climatique qui ambitionne de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 44,5% et de passer de 35% à 52% de ses capacités de production énergétique basées sur les énergies renouvelables à horizon 2030.

En vertu de la réalisation de ces ambitions, M. Alj a souligné l’implication du secteur privé et son rôle clé, en particulier dans le déploiement de solutions de décarbonation à travers les financements qu’il peut mobiliser et les innovations technologiques qu’il peut générer, ajoutant que la décarbonation représente une véritable opportunité.

Selon lui, l’économie bas carbone constitue un levier de réduction des facteurs de production pour une meilleure compétitivité des entreprises et leur permet d’être au diapason des nouvelles réglementations internationales notamment le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (MACF) de l’Union européenne qui prendra effet en 2026.

Lire aussi
CPS de l’UA | Le Maroc réitère la nécessité de placer les questions de la jeunesse au cœur du nexus paix-sécurité-développement en Afrique

Cette dynamique a servi à catalyser l’émergence d’une industrie nationale verte, décarbonée, circulaire et ayant fortement recours aux énergies renouvelables, a fait constater le président de la CGEM, notant qu’elle représente également une aubaine pour les entreprises en termes d’accélération des relocalisations industrielles vertes et d’accompagner de la reconfiguration des chaînes de valeurs mondiales qui sont en cours, rendant ainsi la destination Maroc plus attractive.

Ainsi, M. Alj a relevé l’appui de la Confédération à bon nombre d’entreprises dans la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre via des activités de sensibilisation et de formation avec l’objectif d’accompagner les entreprises dans leur démarche de décarbonation et de se préparer au mieux à l’entrée en vigueur du MACF.

La décarbonation de l’économie engendre une meilleure compétitivité de l’entreprise si ce processus est anticipé et accompagné. Encore plus aujourd’hui, rappelons-le, avec la hausse des coûts des énergies fossiles, a-t-il conclu.

Cette rencontre, initiée en partenariat avec Mouvement des entreprises de France (MEDEF) International, le Club des chefs d’entreprises France-Maroc, Zenata écocité, le groupe Suez environnement et CIH Bank, a été l’occasion pour les participants de dresser le bilan du processus de décarbonation engagé aussi bien par le Maroc que par la France, à l’aune des Objectifs de développement durable (ODD).

LR/MAP

Voir aussi

Maroc,Japon,coopération,agricole,Pêche

Maroc/Japon | Pour le renforcement de la coopération agricole

Le renforcement de la coopération dans les domaines agricole et halieutique a été au centre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...