mardi 24 septembre 2019

Ilham Harket, Responsable RSE à Société Générale Maroc

«Je pense que le taux de femme versus homme dans le secteur financier a bien évolué»

Comment appréciez-vous la situation de la femme dans le monde des Finances qui est le vôtre ?

La femme se retrouve parfaitement dans son élément dans de nombreux métiers dont ceux de la Finance, mais pas exclusivement, loin de là. Le monde de la Finance requiert des qualités telles que l’esprit d’analyse, la persévérance, la précision… dont peuvent se prévaloir les femmes. La femme a largement sa place dans ce monde et n’a rien à envier à son congénère. A cet égard, elle a d’ailleurs fait ses preuves en s’illustrant aux différents postes occupés et à tous les niveaux hiérarchiques.

Peut-on parler d’égalités des chances ?

Une prise de conscience a fait son chemin par les décideurs depuis longue date sur l’égalité des chances dans le monde de la Finance. Les résultats sont palpables, les nominations à des postes de responsabilités sont concrètes. Maintenant, il y a encore du chemin pour généraliser l’égalité dans tous les esprits et les perceptions.

Mais d’abord, y a-t-il suffisamment de femmes dans ce secteur ?

Je pense que le taux de femme versus homme dans le secteur financier a bien évolué. L’idéal serait que ceci ne soit même plus un sujet…

Côté perspectives, êtes-vous optimiste ?

L’optimisme est la force des femmes. De manière générale, les femmes sont battantes, persévérantes, résistantes… Par la concrétisation de leur engagement, elles finissent par tirer leur statut vers le haut. Le changement des mentalités a fait un long chemin et doit continuer.

De façon générale, quel statut idéal pour la femme marocaine ?

Le statut idéal pour la femme marocaine est avant tout de garder son authenticité, en jouant les rôles dans lesquels elle s’épanouit, en lui permettant d’équilibrer entre ses différentes responsabilités et en lui donnant toutes les chances de faire valoir ses capacités.

Voir aussi

Abdelwahab Rafiki (Abou Hafs), ancien détenu salafiste : «Restaurer l’autorité de l’Etat»

Pour l’ancien détenu salafiste, aujourd’hui plus modéré dans le propos, Abdelwahab Rafiki, l’Etat doit frapper …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.