El País, France 2… | Fake News, mensonges et vérités sur la crise Maroc-Espagne

Maroc-Espagne,Brahim Ghali,Algérie,Polisario,Sahara marocain,international,europe,immigration,afriqueMaroc-Espagne,Brahim Ghali,Algérie,Polisario,Sahara marocain,international,europe,immigration,afrique

Pour tenter de sortir de sa mauvaise passe, l’Espagne a fait montre d’hostilité inédite contre le Maroc.

De tout temps, les médias ont joué un rôle central. En période de paix, de crise diplomatique ou de conflit armé, l’obligation de neutralité doit constituer la base de tout travail journalistique, loin de toute autre considération. La crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne, qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui, a montré que les médias peuvent être utilisés à mauvais escient.

L’Espagne prise à son propre piège

En connivence avec les renseignements algériens, l’Espagne a accueilli sur son sol, le dénommé Brahim Ghali, chef des milices séparatistes du Polisario. Depuis que les dessous de ce scandale ont été dévoilés, à la grande surprise de Madrid et des services de renseignements algériens qui ne s’y attendaient vraiment pas, la diplomatie espagnole est totalement désorientée. En effet et au lieu de reconnaitre son tort et essayer de corriger la situation auprès du Royaume du Maroc, le gouvernement espagnol dirigé par Pedro Sanchez a adopté la politique de l’autruche. Dans une attitude de fuite en avant, l’Espagne a usé de l’arme médiatique, dans sa pire représentation.

Ainsi, des journaux espagnols, en particulier ceux proches du gouvernement socialiste ont lancé une véritable guerre médiatique contre le Maroc, en publiant un ensemble d’informations fabriquées de toutes pièces (Fake News) et de photos sorties de leur contexte, immédiatement après la vague d’immigration clandestine vers l’enclave de Sebta. Parmi les journaux susmentionnés, le quotidien espagnol El País, a publié une photo montrant un bébé sauvé des eaux par un plongeur de la garde civile espagnole. Devenue virale, l’image a été massivement partagée sur les réseaux sociaux. Sauf qu’il s’est avéré que ladite photo n’a pas été prise dans l’enclave espagnole mais en Turquie.

Suivisme et artificialisme

Mais, fait plus surprenant encore, France 2 a diffusé le cliché en ouverture du Journal Télévisé (JT) de 20 heures, présenté par la journaliste Anne-Marie Lapix, jeudi 20 mai 2021. Les équipes du JT ne devaient-elles pas s’assurer de l’authenticité de ladite photo avant de tirer des conclusions basées sur des faits non avérés? Que chacun raisonne en son âme et conscience, au lieu de se lancer dans des «analyses» fondées sur les racontars des autres.

Quoi qu’ils fassent ou qu’ils disent, les responsables espagnols, notamment la ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya, sa collègue à la défense Margarita Robles, outre le Chef du gouvernement socialiste Pedro Sanchez, avec toutes leurs manœuvres pour détourner l’attention des véritables origines de la crise avec Rabat, ne trompent et n’impressionnent pas le Maroc qui tient à défendre ses intérêts suprêmes de la manière qu’il juge adéquate.  

M. Lourhzal

Voir aussi

AMO,CNSS,Assurance Maladie Obligatoire

Professions libérales | Révolution dans la couverture sociale des indépendants

Bien qu’ils exercent des activités professionnelles importantes (Commerçants, médecins, pharmaciens, architectes…), les travailleurs non-salariés n’étaient …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.