Banque Mondiale | Entre 40 à 60 millions de personnes devraient basculer dans l’extrême pauvreté

Banque Mondiale : Entre 40 à 60 millions de personnes devraient basculer dans l’extrême pauvreté

La pandémie du a déjà mis à l’arrêt ou inversé la croissance partout dans le monde et devrait faire basculer entre 40 à 60 millions de personnes supplémentaires dans l’extrême , selon la qui estime que seule une action rapide de grande envergure évitera que cette crise ne rime avec une recrudescence de la faim, de l’analphabétisme et des troubles sociaux.

Face à une crise d’une telle ampleur, la seule option viable consiste à opposer une réponse internationale massive, coordonnée et à nulle autre pareille, a indiqué le directeur général des opérations de la , Axel van Trotsenburg, dans un analyse publiée vendredi.

Jugeant impératif de réagir vite pour aider les pays à renouer avec une trajectoire de croissance durable, l’institution financière basée à recommande notamment une action concertée avec les gouvernements, les entreprises, les partenaires du développement et les organisations multilatérales.

Sous l’effet de la pandémie de , une urgence sanitaire mondiale qui se double d’une crise économique d’une ampleur inouïe, l’économie mondiale devrait se contracter de 4.200 milliards de dollars entre 2019 et 2020, selon des estimations de la .

Lire aussi
COVID-19 | 1.276 nouveaux cas confirmés et 815 guérisons en 24H

Un chiffre qui dépasse largement le PIB de toute l’Asie du Sud (autour de 3.500 milliards de dollars) et qui équivaudrait à la disparition de la scène économique de l’Allemagne et de la . Pire encore, par rapport aux projections établies pour 2021 en l’absence de pandémie, les pertes se situeraient autour de 7.500 milliards de dollars — soit 40 % de l’économie américaine et plus que le PIB combiné de l’Amérique latine et des Caraïbes et du Moyen-Orient et de l’ du Nord.

Cette dimension économique de la crise est telle qu’elle capte l’attention et risque de nous paralyser, mais les enjeux humains sont encore plus importants, s’alarme l’analyse qui rappelle l’engagement du Groupe de la Banque mondiale pour aider les pays à affronter l’urgence sanitaire, contenir au mieux les pertes économiques et commencer à planifier leur redressement sur le long terme.

Avec MAP

Voir aussi

ONHYM,Amina Benkhadra,Africa Sovereign Investors Forum

Les Fonds souverains permettent le financement de méga-projets rentables (Benkhadra)

Les fonds souverains, communément appelés « Sovereign wealth funds » (SWFS) permettent aujourd’hui le financement …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...