Algérie | Grève générale de trois jours dans le secteur l’éducation à l’appel de quatorze syndicats

Algérie,Grève,Syndicats

Les employés du secteur de l’éducation en Algérie observent, à partir de ce dimanche, une grève générale de trois jours, en signe de protestation contre “la dégradation de leur situation sociale”.

Cette grève, observée à l’appel de quatorze syndicats indépendants du secteur de l’éducation, survient en protestation contre notamment le non-respect du ministère de tutelle de ses engagements et le climat délétère qui règne dans le secteur.

Parmi ces syndicats figurent l’union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (UNPEF), le conseil des enseignants des lycées d’Alger (CELE), le syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (SATEF), ainsi que le syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (SNAPEST).

Ils réclament en tête, l’amélioration du pouvoir d’achat des travailleurs du secteur et des conditions de travail à travers notamment l’augmentation des salaires, la révision complète du système d’indemnisation, le rétablissement du droit à la retraite sans condition d’âge, la suppression de la double gestion des écoles primaires et de leur affiliation au ministère de l’éducation nationale, ainsi que la titularisation des travailleurs des corps communs.

Le secteur de l’éducation en Algérie est devenu, ces derniers temps, le théâtre de grèves répétitives.

Le 18 avril, des centaines de travailleurs à Oran ont observé une journée de grève, suivie d’un sit-in devant la direction de l’éducation où ils ont exprimé leur ras-le-bol d’une situation qui se dégrade davantage.

De son côté, l’organisation nationale des enseignants de l’éducation avait observé une journée de grève durant la semaine écoulée, suivie d’un sit-in devant l’annexe du ministère à Alger.

La protestation dans le secteur de l’éducation survient alors l’Algérie est confrontée depuis plusieurs semaines à une vague inédite de hausse des prix des produits de consommation et une montée sans précédent de la répression contre toute forme de contestation politique.

LR/MAP

Voir aussi

Algérie,LADDH,Hirak

L’Algérie traverse une période “sombre et dangereuse”

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) a averti, mardi, que …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.