dimanche 20 août 2017

Libye Vers une nouvelle intervention?

Edouard guillaud

L’état-major de l’armée française s’interroge sur l’éventuel lancement d’une opération militaire dans le sud de la Libye, nouveau fief du terrorisme régional.
A quelques jours de sa passation des pouvoirs, le chef d’état-major des armées (CEMA), Édouard Guillaud, a fait part de sa crainte quant à la situation dans le sud de la Libye.

Devant les membres de l’Association des journalistes de défense, l’amiral a évoqué l’utilité «d’une opération internationale avec l’accord des autorités libyennes» dans cette région de l’Afrique, perçue comme le «nouveau centre de gravité du terrorisme». Et ce, trois ans après le lancement des opérations sous l’égide de l’ONU (dont l’opération Harmattan menée par la France) pour protéger les civils libyens des attaques du régime de Kadhafi.
Ce «scénario idéal» -une coalition internationale soutenue par les Libyens- relève du «rêve», pour le général Vincent Desportes, professeur de stratégie à Sciences Po et HEC. «Le besoin d’une intervention est avéré, mais son déclenchement, lui, est impensable». «Certes, politiquement, Paris est capable de s’engager, mais techniquement, c’est impossible», estime-t-il et ce, pour une seule et bonne raison: «La France est déjà au-delà de ses capacités d’engagement d’unités».

Patrice Zehr

Voir aussi

Libye : Le cas du fils Kadhafi

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé l’arrestation immédiate de Saïf Al-Islam, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.