lundi 18 décembre 2017

5ème FIAD : Attijariwafa bank pour le pragmatisme et l’action en Afrique

Le club Afrique développement du groupe Attijariwafa bank organise la 5ème édition du Forum international Afrique développement (FIAD), les 16 et 17 mars 2016 à Casablanca, sous le thème «Les nouveaux modèles de croissance inclusive en Afrique».

En prélude à cette manifestation, placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, un point de presse a été organisé par le Groupe, lors duquel le PDG, Mohamed El Kettani, a expliqué -dans une allocution lue en son nom par le DG du Groupe Attijariwafa bank, Boubker Jaï, le président El Kettani étant retenu en Afrique dans le cadre de la tournée royale- que ce rendez-vous, qui a déjà réuni depuis sa création plus de 5.500 opérateurs de 36 pays et fait générer près de 13.000 réunions d’affaires, est devenu incontournable dans l’agenda des opérateurs économiques et décideurs politiques engagés en Afrique. Et d’ajouter: «La confiance royale nous oblige, d’édition en édition, à répondre avec la plus grande attention aux recommandations des participants au Forum, ainsi qu’aux attentes des communautés d’affaires des 14 pays du continent dans lesquels nous sommes investis, en particulier au moment où, fort d’une vision royale à l’avant-garde, le Royaume du Maroc réintègre, officiellement et par la grande porte, sa grande famille africaine à l’issue du récent Sommet de l’Union Africaine».
Et, preuve, s’il en faut, de la célérité des reconfigurations en cours, moins d’un mois après cet acte fondateur, le Maroc a demandé officiellement à adhérer à la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en tant que membre à part entière. «Portée par cette conviction d’Etat, la dynamique de coopération intra-africaine s’est non seulement accélérée, mais a atteint un nouveau palier dans la méthode et dans l’utilisation de canaux pragmatiques, de plus en plus structurés. Une maturation qui vient en prélude à la mise en œuvre du projet déterminant de la Zone de Libre-échange continentale (dite Zone de Libre-échange commercial, ZLEC), laquelle est conditionnée par la réorganisation des sous-ensembles régionaux à même de faciliter la libre circulation des personnes et des biens», a-t-il dit.
Dans ce contexte et sous l’impulsion de son actionnaire de référence, la SNI, qui dispose d’une stratégie intra-africaine d’envergure, le groupe Attijariwafa bank, au service de l’intégration économique, s’efforce, avec ses partenaires, de répondre humblement à chaque édition aux attentes des opérateurs, lesquelles sont plus précises et orientées davantage vers de nouvelles manières de créer de la richesse commune.
Au service des acteurs économiques et des initiatives audacieuses en faveur de la coopération Sud-Sud, un hommage sera rendu aux entreprises qui ont pris, avec succès, le pari intracontinental par la remise des Trophées de la Coopération Sud-Sud, à l’issue des délibérations d’un jury composé des présidents des patronats africains. Seront également décernés «Les Trophées du Jeune Entrepreneur», lesquels récompenseront les meilleurs jeunes entrepreneurs africains dans les catégories «Innovation», «Entrepreneuriat Social» et «Développement durable».

Né il y a près d’un an , par la volonté de la SNI et des participants du Forum, le Club Afrique Développement a pour vocation d’institutionnaliser l’esprit du Forum et de poursuivre un accompagnement pragmatique de l’ensemble des requêtes des communautés économiques opérant avec les différentes banques du réseau du groupe Attijariwafa bank, en termes de mise en relation, de découvertes de marchés, de missions sectorielles et d’accès à de l’information fiabilisée et aux appels d’offres émis dans 13 pays en Afrique.
L’année dernière a été consacrée au lancement du Club dans 6 capitales d’Afrique (Abidjan, Dakar, Douala, Libreville, Pointe-Noire et Tunis). Aujourd’hui, il fédère près de 400 membres actifs présents dans 12 pays. L’année 2017 sera celle des rencontres sectorielles, des missions de découverte, des réunions d’affaires et de l’appropriation accrue du Club par ses membres, pour une construction collective du réseau d’opportunités.

Pourquoi ce thème?

Sur le choix du thème, Boubker Jaï a relevé: «Autant les enjeux de disposer d’une croissance créatrice d’emplois pour plus de 500 millions de jeunes du continent sont capitaux, autant nous n’aurons perçu ce niveau de volontarisme économique dans la plupart des capitales du continent pour accroître la création de valeurs partagée».

Une nouvelle manière de travailler avait déjà émergé, il y a une décennie par les impulsions au plus haut niveau des Etats conscients des enjeux de l’intégration continentale.

De nouveaux modèles de croissance inclusive apparaissent, tant au niveau des grands ensembles sous-régionaux, qu’au niveau des pays qui organisent et rendent davantage visibles leurs stratégies de développement et des entreprises elles-mêmes.

HD

Voir aussi

Projet de loi de Finances 2018 : Grand oral de Boussaïd devant le Parlement

Le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaïd, s’est livré, mardi 25 octobre 2017, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.