samedi 20 juillet 2019

Festival Gnaoua et musiques du monde : Clôture en beauté de la 22ème édition

Le Maître gnaoui Hamid El Kasri et la chanteuse britannique d’origine tamoule Susheela Raman ont gratifié, samedi 22 juin 2019, le public du Festival Gnaoua et musiques du monde à Essaouira d’une soirée exceptionnelle marquant la clôture de la 22ème édition de cette manifestation.

Mâalem Hamid El Kasri a puisé dans le riche répertoire du patrimoine gnaoui au grand bonheur de ses fans en interprétant des classiques comme , « Baba Mimoun », « Sallalaho ala nabina », « Lalla Aicha », « Allal » et « La ilaha ila llah », avant de se faire rejoindre sur scène par Susheela Raman et sa formation pour emmener le public dans un voyage avec une fusion inédite entre deux voix exceptionnelles et deux univers empreints de spiritualité.

L’ambiance était au rendez-vous

Plus tôt dans la soirée, la chanteuse britannique avait fait connaissance avec le public de la Place Moulay El Hassan, quand elle a investi la scène en compagnie de sa formation, interprétant avec brio des chansons de son riche répertoire qui puise dans la soul, le blues et le rock.

Sur la scène Borj Bab Marrakech, c’est l’Andalousie qui a été à l’honneur lors de la soirée de clôture, à l’occasion du spectacle réunissant Nabyla Maan et la danseuse flamenco, l’Espagnole Maria del Mar Moreno.

La soirée de clôture de la scène de la plage a été animée par plusieurs groupes: des très énergétiques de Betweenatna, au Congolais Baloji, en passant par un concert de fusion entre Maâlem Houssam Gania et le groupe Hahouma. Et c’est Tagnaouite qui a volé la vedette lors cette soirée avec les prestations des groupes « La relève Gnaoua de Rabat – Maâlems Said El Wassif », Mâallem Issam art ou encore le jeune Driss El Hadri.

Avec trois jours d’exploration musicale à travers près de 40 concerts musicaux dans différents coins de la cité des Alizés, ce rendez-vous annuel a rassemblé, comme à l’accoutumée, un aréopage de grands mâalems du Maroc ainsi que des grands musiciens de la scène internationale pour des fusions entre musiques ancestrales et celles modernes.

Mohcine Lourhzal

Voir aussi

André Azoulay : Le Maroc a opté en permanence pour la coexistence et l’ouverture sur l’autre

Le Maroc a opté en permanence pour la coexistence et l’ouverture sur l’autre, a affirmé, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.