Youssef Belqasmi, Secrétaire général du ministère de l’Education nationale

Youssef Belqasmi, Secrétaire général du ministère de l’Education nationale

Les nécessaires gouvernance et reddition des comptes

Le séminaire international sur le financement de l’éducation a revêtu une grande importance et a interpellé les participants et l’ensemble des intervenants du secteur, vu son impact sur le développement des pays et des populations. Cette importance émane, en effet,  du fait qu’il a trait aux moyens de financement du secteur de l’éducation. Ce qui permettrait de mettre sur pied les fondements du système éducatif. Entretien.

Comment se sont déroulés les débats?

Ils ont été très riches en enseignements. C’était une réelle occasion de partage des mécanismes expérimentales entre les pays francophones, mais aussi une circonstance pour évaluer les mécanismes adoptés et ceux relatifs à l’évaluation de l’impact du financement sur l’éducation.

Qu’en est-il des recommandations adoptées par le séminaire?

Elles ont porté sur les mécanismes de financement, tout en réfléchissant sur les pistes qui peuvent être utilisées pour arriver à financer l’éducation, à savoir le financement direct, bien entendu, à partir des subventions de l’Etat.

Y a-t-il d’autres partenaires?

En effet. Cela veut dire l’implication d’autres partenaires qui peuvent assurer le financement, notamment le secteur privé.

Ceci en matière de mobilisation des Fonds. Mais y a-t-il d’autres éléments?

Un deuxième élément, également extrêmement important, était de discuter, puis d’émettre des recommandations qui vont permettre d’évaluer l’impact du financement sur la qualité de la formation et les réformes qui sont entreprises dans les systèmes d’éducation et de formation.

On a beaucoup évoqué, durant de séminaire, la nécessaire bonne gouvernance…

Effectivement, il y a aussi la gouvernance, un autre élément également fondamental, lié à la reddition des comptes et par-delà au financement.

L’accent a-t-il été mis sur le secteur privé?

Pas tellement. C’est sûr qu’il est un des leviers du financement. Il y a donc une approche qui a été globale, de voir un peu l’ensemble des sources de financement qui peuvent être mises en place. Mais le secteur privé reste un secteur possible, bien entendu.

Et concernant l’appel de Rabat adopté lors de ce séminaire?

Il faut retenir que le financement de l’éducation -et cela est présent dans l’appel de Rabat- est éminemment nécessaire et aussi obligatoire pour toute réforme du système éducatif, même s’il ne faut pas s’arrêter exclusivement sur cette question nécessaire de financement de l’éducation.

Interview réalisée par Mohammed Nafaa

Voir aussi

Examens du Bac | Cinq questions au directeur de l’AREF

Examens du Bac | Cinq questions au directeur de l’AREF

Dans un entretien accordé à la MAP, le directeur de l’Académie régionale de l’éducation et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.