Flash Infos

Ville verte : Les projets d’aménagement de l’espace urbain de Rabat avancent à grands pas

Ville verte : Les projets d’aménagement de l’espace urbain de Rabat avancent à grands pas

La capitale Rabat émerge petit à petit en tant que ville verte à la faveur des travaux intenses d’aménagement et de valorisation de vastes espaces urbains et de parcs naturels, d’une superficie globale de quelque 260 hectares.

Dotée d’une ceinture verte de 1.063 ha, la ville de Rabat a réussi à doubler la moyenne mondiale des espaces verts pour chaque individu compte tenu de la norme de l’Organisation mondiale de la santé fixée à 10 mètres carrés par personne.

Ainsi, Rabat a connu au cours des dernières années des mutations significatives en termes d’infrastructures et de réhabilitation du tissu urbain, dans le cadre du Programme intégré de développement de la ville de Rabat, baptisé Rabat ville lumière, capitale marocaine de la culture, que SM le Roi Mohammed VI a lancé en mai 2014 et dont l’une des priorités consiste à favoriser l’émergence d’un espace vert de qualité pour les habitants de la ville.

Ce programme s’articule dans sa deuxième phase autour de la protection de l’environnement et des espaces verts, de sorte à garantir la durabilité de l’aspect vert et d’assurer son développement, à travers la réalisation de plusieurs projets portant sur les espaces verts, les places, les espaces forestiers et la préservation de l’environnement, ainsi que l’aménagement de la bande côtière et l’amélioration de la ceinture verte par l’aménagement d’aires de jeux.

Dans ce contexte, les projets mis en œuvre portent essentiellement sur la réhabilitation des jardins et parcs ainsi que l’aménagement et l’équipement des aires de jeux pour enfants et des espaces verts dans les quartiers les plus densément peuplés.

Parmi ces projets figurent l’aménagement de la corniche de Rabat sur 13 km au niveau de la route côtière et des entrées de ville au niveau de la route menant vers Casablanca, Fès et Kénitra, ainsi que l’aménagement du parc Hassan II.

De même, il a été procédé au réaménagement et à la rénovation du jardin Nouzhat Hassan, du jardin d’essais botaniques, les jardins Almajd, Al-Kifah, Ibn Rochd et Ibn Toumart, selon le service des espaces verts à la commune de Rabat.

Il sera procédé prochainement à l’ouverture d’un grand parc qui s’étend sur une surface de 15 ha, situé entre l’hôpital Ibn Sina et la mosquée Lalla Soukaina. Il dispose de pistes cyclables et d’espaces pour la pratique du sport, ainsi que des espaces dédiés aux amateurs de pétanque et de randonnées.

Aménagé sur une superficie de 7,5 ha, le parc Ibn Sina où sont plantés des eucalyptus et pins, a profité du programme intégré d’aménagement de la ville de Rabat. Il est doté d’une pépinière, trois forages pour irrigation et un espace de jeux pour enfants, en plus d’une variété d’arbres, remontant à 94 ans pour une partie d’entre eux.

A son tour, le jardin Nouzhat Hassan a fait l’objet d’une série d’entretiens au niveau de ses infrastructures et de son aspect extérieur et s’est vu doté d’espaces ludiques et son espace intérieur a connu des travaux d’extension.

Pour le jardin d’essais botaniques, il renferme des trésors botaniques d’une valeur exceptionnelle avec plus de 650 espèces ornementales et fruitières d’origines diverses : locales, tropicales, subtropicales et désertiques, en plus d’un arboretum caractérisé par une grande diversité génétique constitué de 27 familles réparties en 44 espèces.

L’aménagement des espaces verts de la ville de Rabat a porté également sur le parc Hassan II, le jardin Andalou auparavant qui s’étale sur une superficie de 32 ha, dont le projet relatif à son développement a été lancé en 2015, et a été ouvert pour le public en 2018.

Il englobe, outre une fontaine de 3.600 m2 et un parking de 12.100 m2, des espaces et terrains de sport dont deux mini-terrains de football, un terrain de basket-ball, un amphithéâtre et un skate park, ainsi qu’un couvert végétal riche et varié.

Par ailleurs, la dynamique d’aménagement et de réhabilitation des espaces verts a été marquée par la plantation d’arbres dans plusieurs artères de la capitale, en particulier les palmiers de type “Washingtonia Filiflera”, les plantes d’ornement “Ficus retusa” et les arbres “Tipuana tipu”, et d’autres types d’arbres adaptés au climat de la ville.

Ces avenues ont été réaménagées dans le cadre du Programme intégré de développement de la capitale, baptisé Rabat ville lumière, capitale marocaine de la culture, axé sur l’extension et la mise en place de réseaux d’irrigation et de poteaux d’éclairage, en plus de la plantation d’arbres.

Dans le souci de favoriser la conservation de l’aspect vert de la ville, le Conseil communal de Rabat a mis la rationalisation de l’utilisation d’eaux d’irrigation au cœur de ses préoccupations grâce entre autres à l’approbation d’une convention de partenariat signée entre le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, l’agence du bassin hydraulique du Bourgreg, le conseil de la région et le groupement urbain “Al Assima”

Cette convention prévoit en substance la mise en place d’un réseau d’eaux usées traitées pour irriguer les espaces verts de la ville de Rabat, en vue de répondre à la demande croissante d’eaux d’irrigation.

Décidément, les jardins et les espaces verts revêtent une importance toute particulière en ce sens qu’ils permettent à la population de pratiquer diverses activités sportives et ludiques en plein air, sans oublier leur bienfait indéniable en termes d’amélioration de la qualité de l’air et de protection de l’environnement.

Avec MAP

Voir aussi

Le marché automobile en convalescence

Marché automobile | Un secteur en convalescence

Après avoir vu ses ventes s’effondrer depuis mars dernier, à cause de la pandémie de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.