Retour d’Israël à l’UA comme observateur | Le double échec de la diplomatie algérienne

Union africaine,Israël,Afrique

Déroutée comme jamais, la diplomatie algérienne continue de récolter déboires et échecs sur tous les plans, pour signer ces derniers jours une défaite cuisante au sein de l’Union africaine, quand ses manœuvres pour contrer le retour d’Israël à l’Organisation panafricaine comme membre observateur se sont avérées non payantes sur un terrain qu’elle considère totalement acquis.

Cette défaite, une autre de plus, est d’autant plus sévère qu’elle est doublement pénalisante pour un régime en perte de légitimité à l’intérieur et de soutien à l’extérieur, notamment en Afrique et au sein de l’UA.

D’abord, sur les 54 pays membres de l’UA, seuls six pays, un nombre dérisoire, ont rejoint Alger sur sa position contre Israël notifiée dans la note verbale adressée au Président de la Commission de l’UA et relayée par l’Agence de presse algérienne.

C’est dire le degré de perte de soutien que la diplomatie algérienne accuse ces derniers temps notamment au sein de l’UA, l’Organisation que Alger instrumentalisait et manipulait des décennies durant, dans le seul objectif d’assouvir ses visées hégémoniques en Afrique.

Et comment ne pas ignorer purement et simplement une manœuvre algérienne à peine voilée qui se veut une ingérence flagrante dans les prérogatives propres au président de la Commission de l’UA. M. Moussa Faki Mahamat a en effet pris fin juillet la décision d’accorder le statut d’observateur à Israël. Une place que l’Etat hébreu retrouve après des années d’absence (Israël jouissait de ce statut jusqu’en 2002).

L’autre camouflet subi par la diplomatie algérienne c’est l’approbation par l’Algérie de la condition de ces six pays d’écarter la fantomatique «Rasd» de la note verbale d’Alger, ce qui est une première dans l’histoire de la relation entre le régime algérien et sa marionnette qu’il héberge, arme et finance avec des milliards de dollars du peuple algérien.

Nombre d’observateurs voient dans cette débâcle de la diplomatie algérienne un isolement continental et international de l’Algérie et la fin de son hégémonie et sa mainmise sur les structures de l’Union africaine.

L’Algérie, qui tente comme à son habitude de faire de la cause palestinienne un fonds de commerce diplomatique et politique, ne savait plus où se donner la tête après les précisions du président de la Commission de l’Union au sujet de sa décision d’accorder le statut d’observateurs à Israël.

En effet, M. Faki était clair et direct, quand il a recadré les choses et affirmé que sa décision ne diminue en rien le soutien de l’UA à la cause palestinienne, lors de l’audience qu’il a accordée le 23 juillet à l’ambassadeur d’Israël en Ethiopie, au Burundi et au Tchad, Aleli Admasu, au cours de laquelle il lui a remis ses lettres de créance.

«L’Union africaine a été très claire sur sa position selon laquelle, dans la question de la Palestine et d’Israël, une solution à deux Etats est nécessaire à une coexistence pacifique», a tenu à préciser le président de la Commission de l’UA.

Cette énième défaite de la diplomatie algérienne vient montrer encore une fois que le temps des manipulations est révolu et que les Africains connaissent à présent parfaitement les manœuvres de l’Algérie, un pays connu pour sa politique hostile aux migrants africains qui souffrent le martyr sur le sol algérien à coup d’expulsions inhumaines et d’abandon pur et simple à la frontière dans des conditions pour le moins inhumaines.

L’Afrique et le citoyen africain ont besoin d’initiatives concrètes porteuses d’espoir au Continent et non de slogans creux.

Par Driss SABRI

Voir aussi

Migrations,OIM,Algérie

L’OIM facilite le retour volontaire de 113 migrants subsahariens de l’Algérie vers leurs pays d’origine

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a annoncé, jeudi, avoir facilité, au cours de cette …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.