Niger : La montée des inquiétudes

Niger : La montée des inquiétudes

Le Niger est un pays relativement épargné, mais particulièrement inquiet. Sa longue frontière avec l’Algérie est longée par la fameuse passe de Salvador que l’opération Barkhane contrôle difficilement à partir de la base avancée de Madama, implantée dans le désert du Ténéré.

Salvador (couloir marqué au crayon rouge sur les cartes militaires) est emprunté par les terroristes qui convoient des armes et des hommes vers le Nord-Mali. Certes, le Niger est territorialement intact.

Il n’est pas cassé comme le Mali amputé de facto de Kidal au nord et déchiqueté, au centre, par le brasier intercommunautaire dogons-bambaras-peuls qui calcine la belle région de Mopti, jadis appelée la Venise du Mali.

Mais Niamey, ses élites et son gouvernement sont alarmés silencieusement, profondément, par les effectifs en augmentation constante d’armées étrangères (française, suédoise, allemande, américaine, etc.) sur le sol national. Au train où vont les choses, les soldats non nigériens seront bientôt plus nombreux que tous les jeunes Nigériens sous les drapeaux.

C’est la souveraineté du pays qui s’effiloche ou s’étiole à vue d’œil. C’est dire combien le spectre d’un chaos algérien hante le sommeil du Président Issoufou et les nuits de son dauphin, Mohamed Bazoum. 

«Vingt-et-une attaques contre des civils et les forces militaires ont été enregistrées dans la région, en mars 2019, avec un bilan de 88 morts parmi les civils», selon une note du Bureau des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha) à Niamey, transmise à l’AFP.

Ces attaques ont provoqué «un mouvement de 18.480 personnes en direction de la ville de Diffa (capitale régionale) et quelques grands villages», souligne l’agence onusienne.

L’armée nigérienne multiplie les opérations aériennes et terrestres, mais ne parvient pas à contenir les assauts des jihadistes retranchés dans des zones marécageuses du lac Tchad.

L’insurrection de Boko Haram (dont le nom signifie «l’école occidentale est un péché»), qui a débuté en 2009 dans le nord-est du Nigeria, a fait plus de 27.000 morts et 1,8 million de déplacés dans ce pays et a gagné le Niger, le Tchad et le Cameroun voisins.

PZ

Voir aussi

France,Covid-19

France | Début lundi de la 1ère phase du déconfinement

La France entamera, lundi, la première phase du déconfinement progressif instauré pour limiter la propagation …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.