Maroc-Japon | Bouchareb appelle à renforcer les échanges dans les domaines de la planification territoriale

maroc japon bouchareb

Le partenariat stratégique entre le et le Japon doit renforcer les échanges et favoriser le transfert de technologie et d’expertise dans les domaines de la planification territoriale, a indiqué vendredi à Rabat, la ministre de l’Aménagement du Territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la de la Ville, .

Intervenant lors d’une conférence internationale organisée par le ministère japonais d’Etat aux Territoires, Infrastructures, Transport et du Tourisme, sous le thème “Les infrastructures de haute qualité et urbanisme”, Mme Bouchareb a souligné que cette rencontre constitue une plateforme d’interaction entre les deux pays pour construire ensemble des solutions collectives dans le cadre d’un partenariat innovant et collaboratif empreint de valeurs de solidarité.

“Conscient de cette coopération agissante et solidaire, le a concrétisé ce partenariat dans de nombreux secteurs, notamment des infrastructures, de l’eau, de la pêche, de l’agriculture, de l’énergie, de l’, de la logistique, de l’automobile et de l’éducation”, a-t-elle dit, ajoutant que cette coopération doit être aujourd’hui renforcée à l’échelle des territoires qui constituent le socle et le réceptacle des différentes infrastructures, programmes et stratégies.

Mme Bouchareb a précisé, à cet égard, qu’”à l’aube de la crise sanitaire imposant plusieurs défis et impératifs, les territoires sont appelés à être gérés avec une vision et une approche rénovée de la planification”.

“Il s’agit d’une aspiration collective que nous ambitionnons de concrétiser, à travers la mise en place de cette coopération bilatérale et la mobilisation d’expertise pointue autour de démarches innovantes pour répondre aux défis urbains actuels et pour construire les territoires de demain”, a dit la responsable.

Rappelant que l’histoire de la coopération marocco-japonaise remonte à plus de cinquante ans, Mme Bouchareb a relevé qu’elle a été renforcée sous le règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à travers la tenue de la 5è session de la commission mixte -Japon à Rabat, en janvier 2020, qui s’est soldée par la signature d’un accord important visant le soutien et la protection de l’investissement, ainsi qu’une convention fiscale.

Lire aussi
Lutte contre la pandémie de Covid-19 | La stratégie du Maroc présentée à Tokyo

A cet égard, Mme Bouchareb a souligné l’entière disposition de son ministère à élargir le champ de ce partenariat vers une coopération triangulaire en faveur des pays du continent africain, à même d’insuffler une nouvelle dynamique à la coopération entre le Maroc et le Japon, permettant d’asseoir les bases d’un urbain résilient et durable plaçant l’humain au cœur des politiques et de l’action.

Au terme de cette rencontre tenue par visioconférence, Mme Bouchareb et le ministre japonais de l’Aménagement du Territoire, de l’Infrastructure, du Transport et du Tourisme, Iwai Shigeki ont signé un mémorandum de coopération dans les domaines de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’infrastructure et de l’investissement.

Signé en présence de M. , ambassadeur du Japon au Maroc, ce partenariat d’une durée de cinq ans, premier de son genre, favorisera le partage, le transfert de l’expertise, le renforcement des capacités, ainsi que les bonnes pratiques dans les champs de la planification et de la promotion des politiques publiques ayant trait à l’aménagement et l’infrastructure.

Ont pris part à cette visioconférence le ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara, le ministre délégué japonais pour les Projets internationaux, le président de l’Association japonaise pour le des infrastructures en Afrique (JAIDA), le président du conseil d’administration de Shimizu Corporation, le président et PDG de Fujita Corporation, ainsi que des représentants des sociétés publiques et privées marocaines et japonaises, des représentants de l’Agence japonaise de coopération internationale () et de hauts responsables des deux pays.

LR/MAP

Voir aussi

démocratie électorale,gouvernance politique,Nasser Bourita

L’observation et le suivi des élections doivent être une partie intégrante des processus démocratiques et électoraux en Afrique

L’observation et le suivi des élections doivent être une partie intégrante des processus démocratiques et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...