Mais où sont donc les programmes ?

C’est tout simplement aberrant ! A moins d’un mois et demi des élections (25 novembre 2011), les partis politiques –qu’ils comptent se présenter seuls ou dans une coalition- n’ont pas encore de programme à nous présenter.

Et pour cause, les partis politiques marocains n’ont jamais su ce qu’était un véritable programme ! Pour eux, le programme se limite aux grandes déclarations concernant les fondamentaux du pays, la Constitution, la régionalisation… ; au rappel de leurs positions sur quelques grandes questions nationales et internationales ; et à deux ou trois formules choc… Comme au temps où décliner son référentiel et vociférer quelques slogans suffisait à donner une visibilité sur l’échiquier politique.

 

Or, si cela était valable il y a quelques décennies, aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Les temps ont changé.

Les électeurs attendent des candidats qui se présentent devant eux pour solliciter leur voix bien plus que des généralités. Et les candidats (qu’il s’agisse de personnes physiques ou de partis politiques) savent qu’il leur faut désormais se démarquer par des propositions concrètes s’ils veulent damer le pion aux concurrents. Des propositions concrètes qui vont de plus en plus loin dans le détail…

Les primaires françaises qui viennent de se dérouler sous nos yeux en sont la toute dernière illustration. Au sein d’une même famille politique, d’un même parti (le PS), il fallait que les candidats affinent leur offre pour se démarquer les uns des autres. La palette allait d’un Arnaud Montbourg, à gauche de la gauche, défenseur de la démondialisation et du protectionnisme, à un François Hollande, incarnant «la gauche molle» depuis que l’autre figure de proue du parti, Martine Aubry (à mi-chemin entre Montbourg et Hollande), lui a accolé cette image, au détour d’une formule assassine. Sans oublier, bien sûr, Ségolène Royal, Manuel Vals… En aucun cas, les candidats ne pouvaient se contenter de généralités ; ils étaient du même bord !

Ce qu’il leur fallait, c’était entrer dans les détails. Dire ce qu’ils allaient faire face aux banques ; pour les étudiants ; pour l’âge de la retraite (Ségolène Royal avait même promis que son premier conseil des ministres serait consacré au retour à l’âge de la retraite à 60 ans)…

Comment motiver les électeurs et les amener à voter, si on ne leur parle pas de ce qui changera ou ne changera pas dans leur vie quotidienne, selon leur vote ?

Au Maroc, à deux encablures des législatives… cherchons désespérément les programmes des partis politiques. Ils n’ont que quelques semaines pour nous convaincre et ils n’ont encore rien pour le faire.

Pourtant, nous aussi, nous voulons des face-à-face à la télévision où les candidats nous convaincraient qu’ils auraient calculé jusqu’au dernier détail pour améliorer notre vie si on leur confiait la gestion des affaires. Nous voulons que ces candidats nous parlent de nous et non d’eux-mêmes. Nous voulons qu’ils dissèquent les questions de l’emploi, de l’éducation, de la santé, du financement des grands et petits projets… Nous voulons qu’ils nous précisent, chacun à son tour, les priorités auxquelles ils comptent s’atteler, les moyens qu’ils comptent employer pour réaliser les objectifs. Nous voulons des débats contradictoires, des candidats qui sachent de quoi ils parlent et de quoi parlent leurs concurrents ; et qui nous l’expliquent intelligemment, simplement, clairement, pour que, de la ménagère au haut cadre, tous sachent quels choix faire. Bref nous voulons des candidats qui tiennent la comparaison avec ceux des grandes démocraties et dont nous puissions être fiers. Alors, seuls les imbéciles n’iront pas voter !!

Voir aussi

Médias : Cette «Zizanie» autour de la subvention de la presse…

Ce n’est pas un secret, la presse marocaine reçoit une subvention de l’Etat. Ce n’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.