Liban | Toujours pire

Liban | Toujours pire

La crise économique s’aggrave au Liban. La monnaie locale a perdu six fois sa valeur en quelques mois, ce qui a entraîné le pays dans une spirale inflationniste que rien ne semble pouvoir arrêter. Karim Émile Bitar, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), craint «un scénario à la Venezuela».

Les chiffres officiels de la Banque mondiale affirment que plus de 50% de la population libanaise vit sous le seuil de pauvreté et plus de 30% sous le seuil d’extrême pauvreté. “Ce sont des chiffres véritablement alarmants, avec une hyperinflation qui pourrait encore aggraver ces chiffres, soutient Karim Émile Bitar. Donc, on n’est pas loin d’un scénario à la Venezuela. On pourrait voir d’ici la fin de l’année une inflation qui pourrait encore décupler. “Dans un communiqué, la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU, Michelle Bachelet, a alerté sur une situation “hors de contrôle” où certains des Libanais les plus vulnérables “risquent de mourir de faim en raison de cette crise”.

Selon Karim Émile Bitar, ce sont les “décennies d’incompétence, de corruption au sommet de l’État” qui ont provoqué cette crise. “La plupart des hommes politiques sont actionnaires des grandes banques du pays et il s’est avéré qu’il y avait une sorte de pyramide de Ponzi qui avait été érigée, une pyramide à la Madoff, indique le directeur de recherche à l’Iris. Aujourd’hui, l’État est en banqueroute, la plupart des banques sont en faillite. Le Liban a vécu au-dessus de ses moyens pendant très longtemps”.

P. Zehr

Voir aussi

Chine Alerte Bleue Au Typhon Maysak

Chine | Nouvelle alerte bleue au typhon Maysak

L’observatoire national de la Chine a renouvelé mercredi une alerte bleue au typhon Maysak, qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.