“Ghali Gate” | Sit-in de protestation à Paris du tissu associatif marocain en France

Maroc,Espagne,Brahim Ghali,Algérie,Polisario,Sahara marocain,international,europe,afrique,France

Le tissu associatif marocain en France s’est rassemblé, samedi place de l’Alma à Paris à quelques encablures du siège de l’Ambassade espagnole, pour manifester sa désapprobation de la décision de Madrid d’accueillir le dénommé Brahim Ghali “chef du Polisario” et exiger son arrestation et sa comparution devant la justice pour répondre des crimes contre l’humanité qui lui sont imputés.

Le sit-in, organisé à l’initiative d’un collectif d’associations de Marocains de France, a réuni des dizaines de membres de la communauté marocaine sensible aux derniers développements survenus dans la relation entre Rabat et Madrid.

Brandissant les drapeaux marocains et des banderoles avec des messages appelant l’Espagne “à clarifier sa position vis-à-vis du Maroc”, les Marocains de France ont réitéré leur attachement à leur pays d’origine et leur mobilisation pour la défense de l’intégrité territoriale du Royaume.

Ils ont également dénoncé l’attitude du gouvernement espagnol qui a comploté avec le régime algérien pour accueillir en catimini le dénommé Brahim Ghali, pourtant poursuivi en Espagne pour crimes contre l’Humanité.

“La société civile marocaine en France, présente aujourd’hui à Paris, dénonce les agissements inacceptables du gouvernement espagnol et exige l’arrestation du terroriste-chef des milices du Polisario, Brahim Ghali”, soulignent les organisateurs dans un communiqué distribué aux médias.

“Le gouvernement espagnol a accueilli sur son sol le terroriste, Brahim Ghali. Pourtant ce gouvernement est le premier informé des atrocités et des accusations lourdes retenus contre ce criminel. L’Etat espagnol justifie son attitude par des considérations humanitaires”, déplore le collectif.

“Etant tous conscients que les droits humains de nos frères sahraouis dans les camps de Tindouf sont violés, bafoués, par le chef des milices du Polisario, l’Etat espagnol fait malgré tout preuve d’une attitude préméditée et intolérable, qui va à l’encontre même des relations entre nos deux pays voisins”, a-t-il dénoncé.

Selon le collectif, “aucune considération humanitaire ne pourrait remettre en question la légitimité des victimes de viol, de torture, d’enlèvement, de détention arbitraire, d’enrôlement des mineurs mais aussi – on l’oublie trop souvent – l’esclavage voire de génocide, commis par ce criminel”.

“Face aux agissements intolérables du gouvernement espagnol, nous, citoyens Marocains en France, voulons savoir si l’Etat espagnol souhaite sacrifier sa relation politique, commerciale, économique et stratégique avec notre pays, le Maroc à cause d’un criminel”, s’est demandé le collectif.

“Le Maroc est reconnu par ses valeurs universelles de solidarité, de dignité et d’humanité; notre pays porte toujours la culture de la paix, il a su maintenir la coopération fructueuse et préserver le partenariat bilatéral avec son voisin espagnol”, affirme le collectif soulignant que “cette préservation est une responsabilité partagée entre les deux pays”, au même titre qu’elle “doit être un engagement mutuel et respectueux”.

Selon le collectif, “la crise actuelle liée à l’entrée du criminel Brahim Ghali sur le sol espagnol, sous une fausse identité afin que le gouvernement espagnol lui garantisse l’impunité, n’est qu’une ruse avec le régime algérien. Cette crise provoque une tournure dangereuse et sans précédent dont seul le gouvernement espagnol est responsable et assumera les conséquences”.

“La société civile marocaine en France condamne dans les termes les plus forts, les actes intolérables commis volontairement par l’Etat espagnol et exige réparation suit aux dysfonctionnements générés : En traduisant le criminel séparatiste Brahim Ghali devant la justice, en respectant les relations stratégiques de bon voisinage avec le Royaume chérifien, en maintenant une fiabilité et une sincérité réelle et en clarifiant sa position vis-à-vis du Maroc et du peuple marocain dans toutes ses composantes”, conclut le collectif.

Dans une déclaration à la MAP, Naima Demnati, présidente de Coeur Méditerranéen, une association oeuvrant à la promotion de la culture marocaine en France, a indiqué, au nom du collectif associatif, que la communauté marocaine de France s’est rassemblée aujourd’hui tout près de l’ambassade espagnole pour faire entendre sa voix suite aux récents développements de la question du Sahara et ceux survenus dans la relation entre le Maroc et l’Espagne, dans le sillage de la décision de Madrid d’accueillir le chef des séparatistes.

“Le Maroc et l’ensemble des Marocains y compris ceux de la diaspora sont en droit d’exiger que le gouvernement espagnol apporte des clarifications et des explications sur sa décision d’accueillir Brahim Ghali, alors qu’il sait pertinemment que des plaintes avaient été déposées contre lui en Espagne pour crimes contre l’humanité commis dans les camps des séquestrés à Tindouf sur le territoire algérien”, a-t-elle affirmé.

“Nous dénonçons l’attitude de Madrid et clamons au monde entier et à l’Union européenne en particulier que les Marocains sont et restent attachés à l’intégrité territoriale du Royaume et personne ne pourra porter atteinte à la souveraineté du Maroc”, a-t-elle ajouté, appelant les Marocains du monde notamment en Europe à maintenir la mobilisation pour la défense de “notre première cause nationale”.

LR/MAP

Voir aussi

Vaccination Anti-Covid,France

La France ouvre la vaccination aux 12-18 ans dès le 15 juin

La vaccination contre le nouveau coronavirus sera ouverte aux adolescents de 12 à 18 ans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.