Essaouira | Les souffles spirituels afro-arabes, amazighs et hébraïques du patrimoine gnaoui mis en lumière

« Les souffles spirituels afro-arabes, amazighs et hébraïques du patrimoine gnaoui au Maroc » est le thème d’une conférence-débat organisée, vendredi à Essaouira, avec la participation d’experts, de mâalems gnaouis et d’acteurs du monde des arts et de la culture.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’un cycle de conférences initié par l’Association Essaouira-Mogador autour de diverses thématiques se rapportant au domaine culturel, afin de mettre en relief le patrimoine riche et diversifié dont regorge la cité des Alizés.

Ce cycle ambitionne aussi de faire la lumière sur les pratiques culturelles et artistiques quotidiennes au niveau de la ville d’Essaouira et leur relation avec le patrimoine immatériel du Maroc, a expliqué Ahmed Harrouz, membre de l’Association Essaouira-Mogador, relevant l’importance de la thématique de cette conférence compte tenu qu’il s’agit d’une pratique multiculturelle qui réunit différentes composantes de la culture marocaine (islamique, amazighe, hébraïque).

Cette rencontre tend, en outre, à mettre en avant la dimension culturelle dans le patrimoine gnaoui et sa contribution à la civilisation marocaine en général, a ajouté M. Harrouz qui modérait cette conférence.

Festival Gnaoua Maceo Parker à Essaouira

Pour sa part, le chercheur Abdellah Chfira a abordé la genèse de cet art séculaire qui traduit la profondeur africaine du Royaume et la diversité de son patrimoine à dimension universelle, faisant savoir que la zaouia de Sidna Bilal demeure le bastion de l’art gnaoua à Essaouira.

M. Chfira, également acteur associatif, a expliqué que la cité des Alizés est connue pour ces nombreux mâalems devenus des figures de cet art qui véhicule aussi des messages du vivre-ensemble et de coexistence qui font l’ADN de la ville.

Evoquant les différentes influences qui font la particularité du patrimoine gnaoui, il s’est attardé sur l’impact des souffles soufis et spirituels des zaouia sur cet art ainsi que sur les dimensions juive et amazighe de ce patrimoine.

Tout en s’ouvrant à des fusions avec d’autres styles musicaux comme le Jazz, l’art gnaoui a su préserver ses racines, son esprit et son authenticité, a souligné le conférencier, expliquant que ce mélange avec les musiques du monde lui a conféré une large dimension internationale.

Festival «Gnaoua» : A la gloire de nos racines africaines !

Cette conférence-débat a été agrémentée de séquences musicales et de chants interprétés par des mâalems souiris de cet art au grand bonheur de l’assistance.

Outre cette thématique, ce cycle de conférences traite aussi de plusieurs sujets portant sur « le scénario, la mise en scène et la personnification artistique des valeurs humaines dans les domaines du cinéma et du théâtre » et « la contribution de l’art du Samaa et de la musique andalouse à la constitution de l’identité artistique au Maroc ».

« Les différents rythmes artistiques et les chants poétiques du patrimoine amazigh au Maroc » et « L’art du Tarab oriental et ses influences sur la chanson marocaine contemporaine », sont également des thèmes qui seront abordés.

LR/MAP

Voir aussi

Robert de Niro,Maroc,Marrakech

Marrakech | Robert de Niro se dit fasciné par le Maroc et veut y tourner des films

La star hollywoodienne Robert de Niro s’est dit, jeudi, très fasciné par le charme de Marrakech en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...