vendredi 22 novembre 2019

Chargeurs contrefaits : À l’origine de véritables drames

Face à la voracité des flammes, la petite Hiba n’avait aucune chance de s’en sortir.

Au Maroc, les chargeurs contrefaits continuent d’être à l’origine de véritables drames. Le dernier en date est celui qui a secoué la ville de Sidi Allal Al Bahraoui.

C’est une véritable tragédie qui s’est jouée à Hay Ennasr, à Sidi Allal Al Bahraoui, dimanche 4 août 2019 dans l’après-midi, où une fillette de 7 ans, Hiba, a perdu la vie de manière tragique suite à un incendie provoqué par l’explosion d’un chargeur de téléphone défectueux. Le feu s’est répandu si vite dans l’appartement familial que la victime, prise au piège, n’avait pratiquement aucune chance de s’en sortir.  La petite Hiba a été brûlée vive sous les regards impuissants de sa famille.

La vie ne tient qu’à un fil

Dans une vidéo partagée massivement sur les réseaux sociaux et les applications de messagerie instantanée, on voit la victime, tentant de s’échapper par la fenêtre de sa chambre.  Aussitôt avisés, les éléments de la protection civile se sont dépêchés sur les lieux de l’incendie, mais hélas, il était trop tard.  Hiba, qui souffrait de graves brûlures, est décédée après avoir été transportée à l’hôpital de Tiflet.   

Ce n’est pas la première fois qu’un chargeur défectueux engendre des pertes humaines. Plusieurs accidents similaires ont été rapportés ces derniers mois dans plusieurs villes du Royaume. En février 2019, une maison située au Douar Borj Hamdane, relevant de la province de Chtouka-Aït Baha. Heureusement, les occupants du logement où le feu a éclaté à cause d’un chargeur défectueux, ont pu quitter les lieux à temps. En février 2018, une jeune femme âgée de 26 ans a été asphyxiée à l’intérieur de  son domicile à Casablanca, à cause d’un incendie provoqué par son chargeur de téléphone. Une année auparavant, trois personnes ont trouvé la mort et quatre autres ont été blessées à Azilal. Les victimes ont été piégées, à l’intérieur de leur appartement, par les flammes provoquées  par un chargeur pour téléphone portable, en très mauvais état. Un mois plus tard, quatre membres d’une même famille ont péri dans l’incendie de leur domicile à Salé. Là aussi, c’est un chargeur de téléphone portable qui a été à l’origine du brasier.

Le manuel des «Best Practices» du ministère

Comme les chargeurs pour téléphones portables sont utilisés quotidiennement, les utilisateurs ont tendance à omettre qu’ils peuvent présenter des risques pour leur vie. L’utilisation de chargeurs de batteries défectueux ou inadéquats, provoque la surchauffe des appareils suivie d’incendies ravageurs qui causent des dommages matériels et des dégâts humains considérables. À la division  de la Protection des Consommateurs relevant du Ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique, il est fortement recommandé d’éviter d’utiliser des chargeurs contrefaits ou bon marché, de ne jamais recharger son Smartphone avec un chargeur d’une autre marque et enfin,  de veiller au bon état du câble d’alimentation reliant le chargeur au téléphone portable. Il est aussi fortement déconseillé de quitter son domicile au cours du processus de charge.

Face à l’invasion des chargeurs contrefaits sur le marché marocain, les autorités sont plus que jamais appelées à sévir contre les contrebandiers, prêts à tout pour décupler leurs bénéfices et accroitre leurs profits, au détriment de la vie de millions de citoyens innocents. On ne le dira jamais assez, la cupidité est la mère de tous les maux.  

Mohcine Lourhzal

Voir aussi

Exode des Marocains vers l’étranger : Une histoire complexe

Tout phénomène est, au début, en germe puis finit par devenir une réalité. Amorcé à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.