mardi 22 août 2017

Terrorisme : Une cellule démantelée au Maroc coordonnait avec Daech

Bcij maroc

Le ventre de la bête est fécond ! Une nouvelle cellule terroriste vient d’être démantelée. Ses membres s’activaient à Tanger, Bouznika, Khouribga et Taounate.

Le BCIJ (Bureau Central d’Investigations Judiciaires) travaille. Et il communique. Fort heureusement, car cela permet aux citoyens marocains de rester informés sur les dangers qui planaient sur leur sécurité et celle de leurs enfants.
Cela impressionne quand même… Tous ces activistes que Daech réussit à influencer au point de les pousser à se retourner contre leur propre pays et leurs concitoyens !
Il ne se passe pas de semaine sans que des activistes nationaux qui ont fait allégeance aux nébuleuses extrémistes d’outre-frontières ne soient débusqués.
Le 21 juillet dernier, le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire national, a réussi un nouveau coup de filet. Il a démantelé une cellule terroriste de 8 membres qui s’activaient à Tanger, Bouznika, Khouribga et Taounate et qui avaient prêté allégeance à l’auto-proclamé calif de l’«Etat islamique» (Daech).
Selon les explications du ministère de l’Intérieur, des chefs de cette organisation avaient coordonné avec le chef de la cellule s’activant dans les villes marocaines pour héberger des combattants de Daech.

Ces combattants ont tous bénéficié de formations intensives en matière de fabrication d’explosifs et de guerre des gangs, dans les campements de l’organisation, avant d’être munis de passeports étrangers pour constituer une «brigade» chargée de mener une série d’attentats terroristes au Maroc. Et ce, conformément à un plan établi par l’«Etat islamique» sur les territoires syrien et irakien.
Suivant les instructions de Daech, ce projet visait l’assassinat de responsables sécuritaires et l’attaque de sites sensibles, pour terroriser les citoyens et déstabiliser le Maroc.
Le ministère de l’Intérieur a également précisé que les investigations ont révélé des liens entre les membres de cette cellule et d’anciens combattants d’Al Qaida en Afghanistan, mais aussi l’implication dans le projet terroriste contre le Royaume de femmes ayant séjourné dans des foyers de tension avant de faire allégeance à «Daech».
L’enquête se poursuit sous la supervision du parquet général compétent.
Les suspects seront présentés à la justice dès la fin des investigations.

KB

Voir aussi

Evènements d’Al Hoceïma : Laftit s’explique sur la situation

A en croire le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le gouvernement a répondu favorablement, jusqu’ici, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.