BCP : Sous le signe de la hausse et de la performance

Mohamed Karim Mounir, PDG de BCP

Pour un premier «grand oral» de Mohamed Karim Mounir, PDG du groupe Banque Centrale Populaire (BCP), la conférence dédiée à la présentation des résultats annuels du Groupe au titre de l’exercice 2018 a été une réussite.

Nouvelle disposition, nouvelle manière de présentation et «plus» d’ouverture. Telles semblaient être les point marquants de cette séance qui a duré plus de trois heures. Cette première sortie du nouveau PDG était également rehaussée par de bons résultats.

Fidèle à son objectif d’un nouvel élan pour une croissance durable, le Groupe a fait état de  performances renouvelées, traduisant la pertinence de ses choix stratégiques et de la robustesse de ses fondamentaux financiers.

Dans ce cadre, Mohamed Karim Mounir a relevé que le Groupe réaffirme son positionnement de référence en affichant des indicateurs de résultats en croissance pour l’exercice 2018. Et le PDG de souligner que le Produit Net Bancaire consolidé du Groupe s’établit à plus de 17 MMDH, enregistrant une évolution de 4%. Cette croissance, a-t-il expliqué, est principalement tirée par les performances commerciales et la bonne progression des activités d’intermédiation, au Maroc comme à l’international.

Le Résultat Net consolidé poursuit sa progression et s’apprécie de 3,8% à 3,5 MMDH. Le Résultat Net Part du Groupe, quant à lui, s’élève à 2,9 MMDH en progression de 3,5%.

Ces performances renouvelées illustrent, a fait savoir Karim Mounir, le dynamisme économique du Groupe et la pertinence de ses choix stratégiques. Une dynamique entretenue des activités au Maroc, a-t-il ajouté, précisant qu’au titre de l’année 2018, la banque au Maroc consolide son leadership et réaffirme son positionnement de leader de la collecte de l’épargne nationale, avec plus de 26% de part de marché.

Plus particulièrement, le Groupe a capté près d’un quart de la collecte additionnelle des particuliers et a gagné 58 points de part de marché sur le segment des Marocains Du Monde (MDM).

Forte de son ancrage régional et de son engagement en faveur du financement de l’économie, la Banque Populaire a distribué plus de 15 MMDH de crédits au titre de l’année 2018, améliorant ainsi son positionnement de 31 points de base et portant sa part de marché sur ce volet à plus de 24%.

En matière de financement, Karim Mounir a relevé que le Groupe a fortement accompagné le développement des entreprises marocaines, augmentant ainsi sa distribution de 9,4% au profit de ce segment. La marge d’intermédiation clientèle de la banque au Maroc affiche une progression significative de 6,7%, tirée par un double effet de croissance des encours et d’optimisation du coût des ressources.

En outre, le Groupe renouvelle ses performances commerciales et affiche une croissance de près de 7,4% de la marge sur commissions de la banque au Maroc, tirée notamment par une augmentation du taux d’équipement de la clientèle sur l’ensemble des compartiments. Par ailleurs, le Groupe intègre 260.000 nouvelles relations en 2018 et porte son portefeuille à plus de 6 millions de clients.

Véritable relais de croissance du Groupe, les filiales au Maroc poursuivent leur développement et affichent une bonne progression de leurs indicateurs d’activité. Les filiales historiques, en particulier, enregistrent des résultats en nette croissance qui confortent le positionnement du Groupe sur les métiers financiers. Maroc Assistance International (MAI) a notamment enregistré une croissance de 40% de son activité, en lien avec le déploiement de sa nouvelle stratégie de développement. Vivalis, pour sa part, réalise une hausse de plus de 8% de son Produit Net Bancaire, grâce notamment à son plan de développement sur le crédit à la consommation. En outre, Upline Group affiche une progression de plus de 8% de son chiffre d’affaires, dans le sillage de la stratégie de renforcement de l’offre corporate du groupe.

Par ailleurs, le Groupe poursuit l’expansion de son offre de services et accélère le développement de nouveaux métiers, tels que la finance participative, les activités de paiement et les services de Custody. Il poursuit parallèlement sa percée dans le digital et les produits à forte composante technologique, notamment au travers de ses filiales PCA et M2T.

A l’international, le PDG a relevé un développement soutenu des activités. Le Groupe maintient sa dynamique de croissance et affiche des résultats en hausse, soutenus par un plan de développement et de transformation ambitieux.

Les filiales en Afrique subsaharienne affichent ainsi un Produit Net Bancaire en progression de 14%, principalement tiré par les performances de l’activité d’intermédiation. Les banques enregistrent notamment une hausse de 12% des crédits et de 9% des dépôts, en parallèle avec l’amélioration de la marge d’intérêt clientèle de plus de 14%, au titre de l’exercice 2018.

En outre, la Banque de l’International poursuit sa dynamique d’innovation qui s’est illustrée en 2018 par l’acquisition de la Fintech Wizall et le lancement de plusieurs offres digitales, mais également à travers le renforcement de son engagement pour le financement inclusif de l’économie. Les Banques Atlantique, en particulier, ont financé en 2018 plus de 100 PME dirigées par des femmes dans la région ouest-africaine.

Enfin, dans le cadre de l’engagement du Groupe pour l’inclusion financière, la Banque de l’international poursuit l’expansion de sa filiale africaine de microfinance (AMIFA) qui a étendu, en 2018, ses activités au Sénégal, a conclu Karim Mounir.

H. Dades

Solidité financière

Une politique de provisionnement très prudente

Au titre de l’année 2018, le coût du risque du Groupe affiche une évolution contenue de 2%, illustrant sa politique prudente de provisionnement, garante de sa solidité financière. Pour rappel, dans le sillage de l’implémentation de la nouvelle norme IFRS 9, le Groupe avait renforcé ses provisions de 5,5 milliards au niveau du bilan d’ouverture.Par ailleurs, le Groupe continue de doter sa provision pour risques généraux qui affiche un encours à fin 2018 de 4,2 MMDH.La Banque Centrale Populaire poursuivra sa politique de distribution alliant rémunération de l’actionnariat et renforcement de l’assise financière. Le Conseil d’Administration de la BCP proposera ainsi à l’Assemblée générale, le versement d’un dividende de 7,5 DH par action, en augmentation de 15,4%.

Voir aussi

La Cour des comptes a rendu public son rapport 2018

La Cour des comptes vient de rendre public son rapport au titre de l’année 2018 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.