jeudi 18 octobre 2018

Cité Mohammed VI Tanger Tech : Othman Benjelloun fait taire les rumeurs

Suite aux différentes rumeurs circulant ces derniers temps, Othman Benjelloun, Président de la Société d’Aménagement de la Cité Mohammed VI Tanger Tech, a fait parvenir au Reporter la déclaration suivante:

«En lançant le Projet de CITE MOHAMMED VI TANGER TECH, le Royaume du Maroc a engagé ses forces vives, à la fois dans le secteur public et privé, dans un programme d’impulsion économique inédit, aux multiples dimensions et d’une portée extraordinaire sur les 10 à 15 prochaines années.

Bénéficiant de la dynamique insufflée par la visite d’Etat de Sa Majesté le Roi en République Populaire de Chine en mai 2016, le Projet s’inscrivait, à sa genèse, dans le prolongement de la politique active initiée par notre Pays pour le développement du secteur industriel, et dans le cadre de la stratégie volontariste de renforcement de la coopération économique avec la Chine.

Le Projet a été lancé le 20 mars 2017 à Tanger sous la Présidence de notre Souverain, devant un parterre de Ministres, de Conseillers de Sa Majesté, de l’Ambassadeur de Chine au Maroc et de représentants des autorités publiques et privées. Il prévoit la création d’une ville Industrielle futuriste : Intégrée, de par la coexistence de zones industrielles et de lieux de vie ; Durable, par son respect des aspects environnementaux à chaque niveau de son développement et Intelligente, disposant des outils nécessaires pour accompagner les tendances urbaines actuelles et futures.

La dimension imposante du Projet requiert des compétences et des ressources majeures pour en assurer le succès. A cet effet, un Groupe chinois de stature internationale, ayant une assise financière puissante et une expertise éprouvée dans le domaine des parcs industriels, a manifesté son intérêt pour le développer.

Sur les quinze mois ayant suivi le lancement officiel, la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes dans ce Projet souverain a été totale et constante. En est tiré aujourd’hui un bilan de réalisations probant qui a été possible grâce au Comité Central de Pilotage du Projet. Cette instance a été instituée pour assurer le suivi régulier de l’exécution des chantiers ; elle a également une responsabilité d’arbitrage et de décision stratégique en matière d’orientation des investissements. Ce Comité regroupe le Ministre de l’Intérieur, le Ministre de l’Economie et des Finances, le Ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique, le Wali de la Région Tanger Tétouan Al-Hoceima, le Président du Conseil de la Région et le Président de BMCE Bank of Africa.

A la faveur de la mobilisation de ce Comité, plusieurs avancées appréciables sont à saluer. Le premier objectif de la phase de lancement du Projet a été atteint : il s’agit de la mobilisation par les autorités compétentes d’un total de deux mille cent cinquante hectares (2 150 ha) dans la région d’Aïn Dalia, et du parachèvement effectif des procédures d’expropriation relatives aux terrains de la première tranche du Projet. Cette opération a duré, à elle seule, plus d’une année. Elle a été suivie de la réalisation par les autorités locales des travaux d’infrastructures dites « Hors-Site » de la première tranche, incluant réseaux routiers, d’eau potable, d’assainissement et d’électricité. Ce chantier est presque finalisé aujourd’hui, rendant possible une prochaine installation des investisseurs avec lesquels plusieurs conventions ont été conclues, tels que LEAR, YAZAKI, DICASTAL ou encore BYD Auto Industry (« Build Your 3 Dreams »)… Ce dernier est, à titre d’exemple, un groupe chinois leader en construction de véhicules électriques ; il projette un investissement de l’ordre de USD 360 millions au Maroc, avec un objectif de démarrage en production dans 2 ans, sur une superficie d’au moins 50 ha.

Pour pouvoir répondre promptement aux exigences de tels investisseurs, la société de développement et de gestion du Projet a été effectivement créée en novembre 2017 sous la dénomination de Société d’Aménagement Tanger Tech. Elle a été dotée d’un capital initial de MAD 500 millions, et de ressources humaines hautement qualifiées.

Parallèlement à l’ensemble de ces avancées, des chantiers d’une importance capitale ont été lancés avec succès, en partenariat avec des leaders mondiaux. Il s’agit :

-De la mission de réalisation du Master Plan de la nouvelle Cité par le cabinet de design américain AECOM : Leader mondial, actif dans 25 pays, avec un chiffre d’affaires 2016 de USD 17,4 milliards et 95 000 employés, AECOM pilote cette mission d’envergure et prévoit une livraison du Master Plan début novembre 2018 ;

-Des mandats confiés au cabinet BCG par le Ministère de l’Industrie et du Commerce en 2017 pour la réalisation des études de marché, d’une part, et la prospection de partenaires potentiels de renom, d’autre part. BCG compte parmi les leaders mondiaux du conseil ; il justifie d’une couverture internationale et d’une expérience unique dans le développement urbain ;

-De la mission de préparation du Business Plan de la future Cité, attribuée également à BCG par la Société d’Aménagement Tanger Tech ;

-Des études techniques confiées au bureau d’études CID, leader de l’ingénierie au Maroc avec une équipe permanente de 400 ingénieurs et techniciens.

Il est certain que la finalisation du Master Plan donnera une forte accélération à la dynamique de déploiement du Projet en ouvrant la voie à des partenariats bien ciblés, conformes aux ambitions tracées par le Maroc pour ce Projet, respectueux des spécificités nationales et mutuellement bénéfiques aux parties.

Nombreuses sont aujourd’hui les manifestations d’intérêt exprimées par des partenaires potentiels de stature internationale, souvent à capitaux publics, avec lesquels des discussions ou des négociations sont engagées. Le plus récent en date est l’exemple de China State Construction Engineering Corporation. CSCEC se place au premier rang dans le Top 250 Global Contractor par Engineering News Record en 2017. Elle occupe le 24ème rang au Fortune Global 500 établi par Forbes avec plus de USD 148 milliards de revenus en 2016. Elle a opéré dans plus de 5 600 projets dans 116 pays et compte parmi les investisseurs les plus puissants de Chine…

Nous nous sommes beaucoup inspirés au lancement du Projet de CITE MOHAMMED VI TANGER TECH de l’expérience chinoise dans le domaine des parcs industriels. Aujourd’hui, grâce au modèle de partenariat Public-Privé, national et international, que nous prônons, nous nous acheminons vers un concept unique de Cité industrielle qui valorisera le Maroc et s’érigera, à terme, en modèle pour l’ensemble du Continent Africain – le Continent des 4,5 milliards d’habitants-consommateurs à l’horizon 2100. 5

Cette vision africaine, qui s’aligne parfaitement sur les directives Royales, se déclinera au niveau de toutes les composantes du Projet : développement industriel, marchés à l’export, emploi, formation… Sur ce dernier volet, nous nourrissons en particulier la grande ambition de bâtir dans la CITE MOHAMMED VI TANGER TECH l’Université PanAfrica qui accueillera des étudiants méritants de toute l’Afrique et permettra d’établir, à partir du Maroc, les ponts du savoir avec les plus prestigieuses universités d’Amérique, d’Europe et d’Asie».

Mohcine Lourhzal

Voir aussi

Conseil National de la Presse : Un bien mauvais départ…

C’est un mauvais départ pour le Conseil National de la Presse (CNP) en cours de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.