La CGEM pleinement mobilisée pour soutenir les chefs d’entreprises belges à s’établir au Maroc

Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a affirmé, mardi à Casablanca, que le Patronat est pleinement mobilisé pour soutenir les chefs d’entreprises belges à s’établir au Maroc.

Intervenant lors d’une rencontre économique Maroc-Belgique, initiée dans le cadre de la tenue de la 3ème session de la Haute Commission Mixte de partenariat Maroc-Belgique, M. Alj a souligné que “la coopération économique entre nos deux pays repose sur des fondamentaux solides”.

“En plus de la volonté et du cadre politiques, il existe un maillage important d’entreprises belges au Maroc dans divers secteurs stratégiques”, a-t-il poursuivi.

Le président de la CGEM a également rappelé que les échanges commerciaux Maroc-Belgique ont été de 2,5 milliards de dirhams (MMDH) en 2023.

“Nous gagnerions à développer ces échanges, mais nous gagnerions aussi et surtout à promouvoir davantage l’investissement entre les entreprises marocaines et belges”, a préconisé le président du patronat.

Par ailleurs, M. Alj a relevé que la convergence entre l’expertise technologique belge dans les énergies renouvelables et l’expérience du Maroc dans le solaire et l’éolien, pourra aboutir à des projets intéressants dans la production, le stockage et l’exportation d’énergie propre et abordable.

Il s’agit d’un enjeu de taille dans un contexte de choc énergétique et au moment où l’économie mondiale est appelée à se décarboner, a-t-il noté, invitant les entreprises belges à explorer et bénéficier pleinement des dispositifs mis en place dans le cadre de l’offre d’hydrogène vert du Maroc qui a été récemment publiée.

Pour sa part, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a souligné l’engagement du gouvernement en faveur d’une coopération renforcée avec la Belgique, insistant sur la nécessité pour les deux pays d’avancer ensemble face à des crises mondiales

Benali s’entretient à Abou Dhabi avec le ministre de l’Energie de la région belge de Wallonie

Parallèlement, M. Mezzour a mis en avant le potentiel économique du Maroc qui se distingue par les investissements massifs dans l’infrastructure, l’ouverture économique et l’attrait pour les investisseurs internationaux.

Il a également vanté les atouts du Royaume, notamment son potentiel en matière de sécurité énergétique grâce aux énergies renouvelables.

Dans son intervention, la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, s’est penchée sur la stratégie énergétique, le développement durable et l’expansion des filières comme l’hydrogène et ses dérivés.

Elle a appelé à la collaboration entre le Maroc et la Belgique pour créer un hub énergétique et commercial, soulignant l’importance des investissements dans les infrastructures de connexion entre les deux marchés dès 2024.

Insistant sur l’impératif d’accélérer les investissements dans les énergies renouvelables, les réseaux et la valorisation des déchets, Mme Benali a évoqué les projets structurants tels que la feuille de route gazière et le développement des infrastructures dans les provinces du Sud du Maroc.

Par ailleurs, la ministre a sollicité l’engagement du secteur privé marocain et belge, relevant la possibilité pour les entreprises d’accéder à des projets matures, bancables, et complètement dérisqués.

Mme Benali a insisté sur l’importance d’investir dans la transition énergétique, avec une estimation de plus d’un milliard d’euros par an, ce qui offre un potentiel d’investissement pour le secteur privé belge et marocain.

De son côté, le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des politiques publiques, Mohcine Jazouli, a mis l’accent sur les différents atouts que recèle le Maroc, notamment la stabilité, la continuité des politiques publiques, en plus d’une population jeune et d’une infrastructure de classe mondiale.

Maroc/ Covid | 1.343 nouveaux cas en 24H

Il a aussi évoqué la refonte de la charte de l’investissement, laquelle constitue aujourd’hui un dispositif permettant à tout investisseur de venir au Maroc et d’être parfaitement rassuré sur le cadre dans lequel il va investir.

Cette charte, a expliqué le ministre, s’appuie sur trois grands piliers liés à la gouvernance de l’investissement, au schéma des affaires et à tous les avantages que peuvent avoir les investisseurs.

Ont pris part à cette rencontre, le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, le Premier ministre belge, Alexander De Croo, l’ambassadeur du Maroc en Belgique, Mohamed Ameur, l’ambassadeur de Belgique à Rabat, Véronique Petit, la Présidente du Comité de direction du SPF Affaires étrangères, Théodora Gentzis, le directeur général de l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE), Ali Seddiki, ainsi que plusieurs membres des communautés d’affaires marocaine et belge.

Arrivé dimanche soir à Rabat à la tête d’une importante délégation composée des ministres belges de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de la Justice, et de l’Asile et la migration, M. De Croo a co-présidé avec M. Akhannouch la 3è réunion de la Haute commission mixte de partenariat Maroc-Belgique, marquée notamment par la signature de deux mémorandums d’entente et d’une feuille de route de coopération.

LR/MAP

,

Voir aussi

intégration industrielle,Maroc,France,automobile,hydrogène vert,Bruno Le Maire

L’intégration industrielle au centre d’entretiens entre Ryad Mezzour et Bruno Le Maire

Le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour, a eu, vendredi à Rabat, des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...