vendredi 16 novembre 2018

Salon maghrébin du livre : Bilan de clôture et rendez-vous l’année prochaine

Au terme de quatre jours d’intenses activités autour du thème «Réinventer l’universel», les organisateurs ont dressé un bilan positif de la deuxième édition du Salon maghrébin du livre d’Oujda. Promesse a été faite de hisser davantage le niveau de cet évènement.

Le Salon maghrébin du livre 2018 a pris fin, dimanche 21 octobre 2018, sur une note positive. Les organisateurs de ce rendez-vous culturel annuel sont satisfaits de la qualité de la programmation et des débats menés qui ont accompagné, quatre jours durant, ce Salon. Ce dernier a, en effet, permis à la ville d’Oujda de s’affirmer en tant que carrefour culturel.

Un Salon qui gagne en maturité

Pour le président du Salon maghrébin du livre et Directeur général de l’Agence de l’Oriental, Mohamed Mbarki, cette manifestation, placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, ne cesse de gagner en maturité, en dépit de son jeune âge. Elle s’impose déjà comme un événement majeur au Maroc et à l’échelon maghrébin.

Faisant un bilan préliminaire, Mbarki a fait savoir que ce Salon, le premier du genre dédié aux écrivains maghrébins dans la région, a rassemblé une vingtaine d’institutions et 25 professionnels de l’édition, contre 17 lors de l’édition 2017. Il a, par ailleurs, mis l’accent sur la riche expérience accumulée lors de ces deux éditions et a promis d’œuvrer à l’amélioration de ce Salon, dans l’objectif de lui assurer la continuité et lui conférer une dimension internationale. 

Engagements pris

A cette occasion, Mohamed Mbarki a annoncé l’organisation d’une caravane qui sillonnera des écoles dans le monde rural, dans l’objectif de promouvoir la culture, surtout la lecture auprès des générations montantes. Dans ce sillage, le président du Salon maghrébin du livre a indiqué que les organisateurs de cet évènement envisagent de lancer une série d’initiatives culturelles dans la région de l’Oriental comme, par exemple, l’organisation de salons thématiques du livre. Sur un autre registre, Mbarki a relevé l’importance de l’utilisation des nouvelles technologies et du recours à une gestion en ligne de cet événement, en plus de la création d’une institution dédiée, pour assurer la pérennité du Salon.

Par ailleurs, la deuxième édition du Salon maghrébin du livre d’Oujda a offert la possibilité aux intervenants et aux visiteurs d’interagir et de débattre autour de questions d’actualité qui taraudent les esprits, surtout dans un monde aussi mouvementé que divisé. Elle a accueilli une centaine de personnes venues de divers pays. Ainsi, du 18 au 21 octobre 2018, les barrières culturelles et linguistiques ont été supprimées, pour laisser place à la cohésion, dans le but de «réinventer l’universel» qui rassemble.

Satisfaits du bilan de cette deuxième édition, les organisateurs ont donné rendez-vous au public l’année prochaine.

ML & SB

Dîner de gala en l’honneur des participants

Dans le cadre de la deuxième édition du Salon maghrébin du livre, les organisateurs ont convié, samedi 20 octobre 2018, les participants à cet évènement à un dîner de gala. Organisée à «Dar Sebti», cette rencontre festive a été l’occasion de remercier toutes les personnes ayant contribué à la réussite de ce Salon. Les «soldats de l’ombre» ont également été vivement remerciés par les responsables de cet évènement culturel.

Voir aussi

Fès : message royal aux participants à la conférence sur le dialogue des cultures et des religions

SM le Roi Mohammed VI a adressé un message aux participants à la deuxième édition …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.