mercredi 18 octobre 2017

Le paradoxe du cinéma marocain

Derriere les portes fermees

Un grand paradoxe: les films marocains cartonnent, au moment où les salles de cinéma disparaissent l’une après l’autre. Il n’en reste que 31 en activité.

D’après le CCM, les films marocains ont été vus par 362.000 téléspectateurs. Ils accaparent 50% de parts de marché des entrées par nationalité. En deuxième position, on trouve les films américains avec une part de marché de 38%, suivis des films indiens et français avec respectivement 5 et 4%. Ainsi, le dernier long-métrage du réalisateur Mohamed Ahed Bensouda «Derrière les portes fermées» arrive en tête du classement du box-office marocain avec 93.803 entrées. Ce film aborde le sujet du harcèlement dont sont victimes les femmes sur leur lieu de travail. Il a réalisé un démarrage foudroyant avec plus de 20.000 spectateurs.
Après «Derrière les portes fermées», deux autres films marocains sont en tête du box-office. Il s’agit d’abord de la comédie populaire «Road to Kaboul» de Brahim Chkiri (deuxième année à l’affiche) qui occupe le fauteuil du dauphin avec 71.977 entrées.

Ensuite, «Sara», la comédie de Saïd Naciri, arrive en troisième position avec 47.270 entrées. Puis c’est le dernier film de Martin Scorcesse, «Le Loup de Wall Street», qui occupe la quatrième place dans le classement général avec 30.750 entrées. En cinquième position, il y a le film «Yemma», premier long-métrage de Rachid El Ouali, avec 26.937 entrées. Suivent juste après les longs-métrages «Kanyamakan» de Saïd Naciri et «Aïd Lmilad» (L’Anniversaire) de Latif Lahlou qui ont totalisé respectivement 19.775 et 15.841 entrées.

Salles de cinéma

Selon le CCM, sur l’état des salles, le nombre des salles de cinéma en activité en 2014 est de 31 seulement, alors qu’en 1956, le Maroc comptait 156 salles de cinéma et 205 en 1964, chiffre qui passera en 1974 à 196 salles et en 1984 à 238 salles. En 1994, c’est 191 salles de cinéma. Et le nombre de régresser en 2004 à 127 salles et à 31 en 2014… Près de la moitié de ces salles se trouvent dans l’axe Tanger-Marrakech, Casablanca accaparant près du tiers du nombre total. La capitale économique compte 10 salles, dont une seule est encore en activité en dehors du centre-ville, le Cinéma Malakia à Derb Sultan. Marrakech, Tanger et Rabat font encore de la résistance avec quatre salles chacune.

Pour les professionnels

Les professionnels du secteur espèrent récupérer les 50 millions de cinéphiles de jadis, qui devraient être actuellement plus de cent millions -et non moins de 2 millions!-.
«Le cinéma réalise un nombre d’entrée considérables (270 millions en France, un milliard deux cents millions aux USA, 6 milliards en Inde… Alors qu’au Maroc, de 50 millions dans les années 80 pour 280 salles, les salles encore entrouvertes et le circuit Megarama réalisent à peine 2 millions de spectateurs». Pour ces salles, dans le cadre des mesures prises en 2013, l’application de la TVA au taux de 20% reste impossible. On accuse la piraterie tout en avançant qu’annuellement, quelque 50 millions de CD sont gravés illégalement, d’une valeur de 250 millions de dirhams qui échappent à toute fiscalité (les CD vierges sont importés légalement et coûtent à l’Etat 25 millions de dirhams en devises).
Le cinéma a toujours joué un rôle important en étant un moyen de découvrir d’autres cultures et d’ autres peuples, mais aussi à véhiculer des messages. Il peut être utilisé comme une arme contre la dictature. Il peut instaurer les valeurs de la démocratie, du dialogue…
Mais si un jour, on se réveille sans aucune salle de cinéma dans notre ville? Pour éviter ce cauchemar, un débat à ce sujet s’impose, parce que même chez les professionnels, il y a ceux qui préfèrent voir ces salles démolies pour les remplacer par des immeubles, le secteur de l’immobilier étant «plus rentable». Des promoteurs immobiliers et le manque du foncier menacent donc ces salles!

Bouchra Elkhadir

Le top 10 des films marocains


– «Derrière les portes fermées»: 93.803 entrées
– «Road to Kaboul»: 71.977
– «Sara»: 47.270
– «Yemma» 26.937
– «Kanyamakan»: 19.775.
– «Aïd L’Milad/L’Anniversaire»: 15.841
– «Colère» : 13.600
– «Le Sac de farine»: 9.629
– «Traitors»: 9.063
– «Zineb, la Rose d’Aghmat»: 7.360

 

Voir aussi

Street Art : Un atelier pour renouveler l’âme enfantine d’Assilah

L’atelier «Street Art» pour enfants, lancé le 10 juillet et qui s’est poursuivi jusqu’au  21 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.