samedi 21 octobre 2017

Maroc-Côte d’Ivoire

Conventions maroc cote d ivoire janvier 2015

Le Roi Mohammed VI a présidé la cérémonie de signature des accords de partenariat en compagnie du président ivoirien, Alassane Ouattara.

C’est à Marrakech que le Maroc et la Côte d’Ivoire ont paraphé 25 accords de partenariat durant le Forum économique maroco-ivoirien 2015. Ces accords portent essentiellement sur les secteurs de l’éducation, de l’alimentation, de l’immobilier, des matériaux de construction, de la banque, de l’énergie et de l’agroalimentaire. Il faut dire que ces accords, qui viennent renforcer le cadre de partenariat existant entre les deux pays, témoignent de la volonté du Maroc et de la Côte d’Ivoire de faire du co-développement un vecteur essentiel de réduction de la pauvreté, de création des richesses et d’emplois et de renforcement de la compétitivité des entreprises des deux pays.
Un des principaux accords signés lors de ce forum est le mémorandum d’entente entre le Maroc et la Côte d’Ivoire portant sur la gestion des affaires des communautés établies à l’étranger. A travers ce mémorandum, les deux parties visent à développer des mécanismes et des outils de coordination pour mieux répondre aux besoins des ressortissants des deux pays, dans les pays d’accueil comme dans les pays d’origine. Le mémorandum ambitionne de mettre en place un cadre de coopération entre les parties en permettant, d’une part, le partage des acquis et des expériences dans les domaines de gestion des affaires des communautés résidant à l’étranger et, d’autre part, leur mobilisation pour le développement des deux pays, outre l’accompagnement visant une meilleure intégration éducative, culturelle et sociale des communautés des deux pays.

Il vise également à instaurer un cadre de coopération en matière de politique migratoire, ainsi que la coopération en matière d’accompagnement des communautés des deux pays qui permet l’échange d’expertise en matière de gestion publique des affaires des communautés respectives résidant à l’étranger et le partage des programmes relatifs à l’organisation et à l’encadrement de l’émigration internationale.
En outre, un contrat de construction de trois complexes hydroélectriques a été conclu pour un montant global de 7 milliards de dirhams (MMDH). A cela s’ajoute une convention qui a été signée entre le Groupe BMCE et l’Etat de Côte d’Ivoire pour le financement d’un projet de construction d’un coût de 54 milliards de FCFA. Une autre convention de partenariat a été paraphée entre le gouvernement de Côte d’Ivoire et la Banque populaire du Maroc portant sur le financement de la concession et la réalisation, l’aménagement et l’exploitation d’infrastructures de transport lagunaire.
Couvrant différents secteurs d’activité, ces accords illustrent également la volonté du Roi Mohammed VI et du président Alassane Dramane Ouattara de donner une forte impulsion au partenariat bilatéral pour en faire un modèle de coopération Sud-Sud. Pour rappel, ces nouveaux partenariats s’ajoutent à la vingtaine d’accords déjà signés en 2014 à l’occasion d’un déplacement de Mohammed VI à Abidjan.

Anas Hassy

…………………………………………………………..

Ils ont déclaré…

Meriem Bensaleh-Chaqroun, présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM)

«Le Forum économique maroco-ivoirien se veut un signal fort pour construire un espace de co-émergence au service des opérateurs du Maroc et de la Côte d’Ivoire. Ce Forum économique constitue une occasion inédite pour accompagner les entreprises privées marocaines et ivoiriennes et les inciter à co-investir et co-produire pour construire un espace de co-émergence, basé sur une vision forte d’intégration Sud-Sud. A travers les accords de partenariat signés lors de ce forum, de nouveaux profils d’entrepreneurs ont apparu, ainsi que de nouvelles petites et moyennes entreprises (PME) et petites et moyennes industries (PMI) dans différents secteurs, dont l’agro-industrie, la distribution, les énergies renouvelables, le tourisme. Ils ont eu l’occasion de se faire connaître. Ces nouveaux secteurs occupent aujourd’hui une place centrale dans la dynamique économique des deux pays. Ce Forum a connu une présence de près de 800 entrepreneurs, dont plus de 150 opérateurs ivoiriens, ce qui témoigne de l’intérêt que portent les entrepreneurs de part et d’autre à cette recherche de croissance partagée».

Mohamed El Kettani, président-directeur général d’Attijariwafa bank.

«Le Forum économique maroco-ivoirien s’inscrit dans la continuité de la visite que le Souverain avait effectuée à Abidjan en 2014. Au cours de cette visite historique, le Roi avait annoncé une vision rénovée de l’Afrique; une Afrique émancipée, une Afrique qui fait confiance à ses femmes et ses hommes. Ce Forum vient approfondir l’excellence des relations économiques entre les deux pays. Les deux parties ont convenu d’un ensemble d’accords multiformes qui concernent plusieurs secteurs d’activité économique et viennent confirmer la complémentarité entre les économies des deux pays. Ils viennent également consolider le concept de la coopération Sud-Sud voulue par les deux chefs d’Etat et ce, à travers la conclusion d’accords de partenariat entre opérateurs privés marocains et leurs homologues ivoiriens pour réaliser des opérations d’investissement. Le secteur bancaire marocain, qui est très présent en Côte d’ivoire, facilite cette passerelle entre les deux économies. La présence du secteur bancaire marocain des deux côtés conforte la confiance et permet de financer et d’accompagner les investissements initiés par ces opérateurs économiques. Mais au-delà des opérateurs économiques privés, le secteur bancaire marocain, à travers la conclusion d’un certain nombre de conventions, accompagne aussi l’Etat ivoirien dans le financement de ses projets d’infrastructures, que ce soit le programme autoroutier ou ceux portuaire, aéroportuaire, de centrales électriques, entre autres. Nous assistions aujourd’hui à un réel approfondissement de nos relations».
Pour lui, le fait de mobiliser pas moins de 800 chefs d’entreprises marocains et ivoiriens est un grand succès en lui-même.

Loukimane Camara, DG de la Société ivoirienne de construction et de gestion immobilière (SICOGI)

«A travers la signature d’un protocole d’accord avec Alliances-Côte d’Ivoire, la Côte d’Ivoire entend tirer profit de l’expérience marocaine dans le domaine de développement immobilier. Ce protocole d’accord porte sur la revitalisation urbaine, notamment la rénovation de deux anciens quartiers à Treichville et Cocody Danga, deux communes d’Abidjan. Cette convention est la deuxième du genre après une première signée avec le Groupe Addoha auquel nous avons cédé un terrain pour la réalisation de 7.500 logements, dans le cadre du projet de construction de 60.000 logements, initié par le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Dramane Ouattara».

Souleymane Diarrassouba, DG de la Banque Atlantique, filiale de la Banque Centrale Populaire en Côte d’Ivoire

«Aux termes des conventions signées avec la Banque Atlantique, il sera procédé notamment au financement de la construction d’une nouvelle zone industrielle à Abidjan et la mise en place d’une compagnie de transport lagunaire et d’une plate-forme pétrolière. Ces projets nécessitent une enveloppe de 200 millions de dollars».

………………………………………………………………..

Trois conventions pour Addoha


En présence du Roi Mohammed VI et du Président ivoirien Alassane Ouattara, le groupe Addoha a signé 3 conventions de partenariat avec les principaux acteurs de l’économie ivoirienne et marocaine présents en Côte d’Ivoire, lors de la cérémonie de clôture du Forum économique maroco-ivoirien. Il s’agit d’une convention de partenariat entre le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, Douja promotion et le groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc, portant sur la construction de logements sociaux, ainsi que le financement des acquéreurs. A cela s’ajoute un mémorandum d’entente entre le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, le Groupe Addoha et Attijariwafa Bank relatif au financement de l’accession à la propriété des fonctionnaires de l’Etat de Côte d’Ivoire. La dernière convention a été signée entre le Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI) et la Société Ciments de l’Afrique CIMAF (Groupe Addoha). L’objectif derrière est de doubler la capacité de l’usine CIMAF Abidjan, de 500.000 tonnes à 1 million de tonnes par année.

HD

Palmeraie : 6.000 logements à Abidjan


En marge du forum économique maroco-ivoirien, Palmeraie Développement a réalisé une excellente affaire. Le Groupe Palmeraie Développement a signé avec le Groupe BMCE BOA (Bank Of Africa) un protocole d’accord de partenariat de financement afin de construire 6.000 logements sociaux à Abidjan. Plus exactement, ce projet immobilier portera sur la réalisation de logements économiques et sociaux à Songon, une commune d’Abidjan-Kouté. Le projet, dont la construction démarrera le 15 avril 2015, s’étale sur une superficie de 40 hectares. Il comprendra, en plus des 6.000 logements, plusieurs équipements de proximité, en l’occurrence une école primaire, un marché, un centre médical, un centre de police et des infrastructures sportifs, ainsi que des espaces verts. Par ailleurs, la BMCE BOA et Palmeraie Développement vont œuvrer pour la mise en place d’un financement de 833 millions de dirhams pour le projet dont le coût total est estimé à 1,2 milliard de dirhams. A noter que ce projet s’inscrit dans le cadre de la politique de développement du Groupe Palmeraie Développement en Afrique et notamment en Côte d’Ivoire. «L’implantation du groupe en Côte d’Ivoire est une première étape dans le développement à l’international du groupe Palmeraie Développement. «Nous souhaitons exporter notre vision du tourisme et de l’immobilier en Côte d’Ivoire et, en ce qui concerne l’immobilier, nous avons toujours œuvré pour garantir le droit au logement de qualité au Maroc à travers notre filiale les Espaces Saada. Et c’est ce que nous ferons en Côte d’Ivoire», explique Hicham Berrada Sounni, président du Groupe Palmeraie Développement.

HD

Maroc-Côte d’Ivoire : Un modèle relationnel


Les relations entre le Maroc et la Côte d’Ivoire constituent, de par leur vitalité, leur profondeur et leur singularité, un modèle de la fraternité africaine solide, solidaire et évolutive.
Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, le 16 août 1962, celles-ci n’ont pas cessé de se développer pour prendre un élan considérable fondé sur l’efficacité, la performance et la crédibilité. Ces liens puisent leur fondement dans un cadre juridique fort de près de 80 accords, conventions et protocoles de partenariat signés depuis le début des années 70 et jusqu’à 2015.
Le premier acte juridique établi entre les deux pays fut le traité d’amitié et de coopération, signé le 22 septembre 1973, qui constitue le fondement même des relations politiques et diplomatiques entre Rabat et Abidjan. Dans ce cadre, le Maroc, sous les auspices de l’ONUCI, a participé aux côtés de la Côte d’Ivoire pour favoriser sa sortie de crise.
Dans le domaine économique et commercial, les échanges commerciaux entre Rabat et Abidjan connaissent une progression significative. Le Maroc est le 25ème fournisseur de la Côte d’Ivoire avec une valeur des exportations vers ce pays en 2012 d’un montant total de 39,5 milliards de FCFA (près de 60,21 millions euros). Au cours de la même année, le montant des importations ivoiriennes en provenance du Maroc s’est chiffré à environ 8 milliards FCFA (près 12,19 millions euros).
Sur le plan culturel, scientifique et technique, la coopération entre les deux pays en matière d’octroi de bourses de formation aux jeunes ivoiriens classe le Royaume parmi les premiers donateurs, avec un quota de 50 places pédagogiques avec bourses au sein des universités et établissements marocains.
Des jeunes Ivoiriens bénéficient aussi de formation dans le tourisme et la gestion hôtelière, outre des stages au profit de cadres dans la pêche maritime, l’enseignement, l’artisanat et les finances publiques.

HD

Voir aussi

Maroc/Croissance économique : Le yo-yo que décrit Jouahri

Croissance économique, inflation, déficit… Tout a été passé en revue par Abdellatif Jouahri, wali de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.