Syndicats HRW accuse l’Algérie

Human Rights Watch

L’Algérie aux bancs des accusés. L’organisation internationale de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch (HRW) a dénoncé le «climat d’intimidation et de peur» en Algérie qui «empêche» le développement des syndicats indépendants.

Dans un communiqué de presse, l’organisation a déclaré que les autorités algériennes ont licencié, suite à des grèves pacifiques, des fonctionnaires et emprisonné des leaders syndicaux sur la base d’accusations politiquement motivées. «L’Algérie affirme qu’elle s’est engagée sur une voie de réformes politiques, mais fait ensuite volte-face et menace des syndicats indépendants qui cherchent à instaurer une justice sociale et de meilleures conditions de travail», a déclaré Joe Stork, directeur par intérim de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à HRW. Le responsable a exhorté les autorités algériennes à cesser de mettre des «entraves» à la création des syndicats indépendants, ainsi qu’à l’organisation et à la participation à des manifestations pacifiques et à des grèves du travail, avant de conclure: «Les travailleurs algériens ne devraient pas risquer le licenciement ou la prison pour leur participation à des activités syndicales pacifiques».

NC

Voir aussi

Les sénateurs républicains votent pour convoquer les patrons de Facebook et Twitter

États-Unis | Les patrons de Facebook et Twitter convoqués

Les sénateurs républicains ont voté jeudi une motion pour auditionner les patrons de Facebook et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.