Syrie Le défi des cessez-le-feu

L’organisation chargée de superviser la destruction de l’arsenal chimique en Syrie a appelé à des cessez-le-feu temporaires dans ce pays ravagé par un conflit sanglant, afin que ses inspecteurs puissent effectuer leur mission dans les délais impartis.

Parlant devant des journalistes à La Haye, où siège l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), son directeur général, Ahmet Uzumcu, a évoqué le calendrier «extrêmement serré» fixé pour ce processus de démantèlement qui s’effectue pour la première fois dans un pays en conflit.
L’OIAC a été chargée par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU de démanteler, d’ici au 30 juin 2014, l’arsenal chimique du régime syrien et les installations liées à cet arsenal. Pour M. Uzumcu, les délais impartis, en particulier la limite du 1er novembre pour la destruction de toutes les installations de production d’armes chimiques, ne sont pas irréalistes. Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avait averti que les inspecteurs étaient exposés à un «danger sans précédent», dans cette mission en Syrie où les forces gouvernementales et les groupes rebelles s’affrontent depuis deux ans et demi.

Voir aussi

Loi sur le renseignement : La France critiquée

«La France renonce à ses liberté», «ère Bush-esque», loi «radicale». Au lendemain de l’adoption par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.