OCDE | Hausse des dépenses publiques pour la relance

OCDE,UE,économies

Les dépenses publiques consacrées aux mesures de relance post- qui ont un impact positif sur l’environnement sont passées de 677 milliards USD fin juillet 2021 à 1 090 milliards USD fin décembre 2021, dans 44 pays à travers l’, l’ et certaines grandes , selon de nouvelles données de l’ communiquées lundi.

Cette hausse, attribuable en grande partie à l’adoption de la loi américaine sur les investissements dans les infrastructures et sur les emplois, signifie que la part des mesures vertes dans le total des dépenses de relance adoptées depuis le début de la pandémie s’élève désormais à 33 %, contre 21 % à la fin du mois de juillet 2021, précise l’organisation internationale basée à .

La part des dépenses de relance identifiées comme ayant des impacts « mitigés » ou « négatifs » a également augmenté – passant de 10 % à 14 % – tandis que les 52 % restants se sont avérés n’avoir aucun impact environnemental direct, explique-t-on.

Selon la même source, plus de la moitié des dépenses identifiées comme positives pour l’environnement (611 milliards USD) sont destinées aux secteurs de l’énergie et des transports, tous deux essentiels aux stratégies de zéro émission nette et de sécurité énergétique.

Des domaines comme l’agriculture, la sylviculture et l’adaptation au changement climatique sont moins bien couverts, et moins de 1 % des dépenses de relance sont consacrées à la R-D verte, malgré l’importance de l’innovation dans la transition vers une économie sobre en carbone.

Lire aussi
Réouverture des frontières extérieures de l'UE à partir de début juillet

Si l’augmentation des dépenses vertes doit être saluée, une brève analyse des nouvelles données indique que la transition vers des plus vertes peut être compromise par des aides publiques préexistantes qui sont néfastes pour l’environnement.

L’ estime que les aides publiques potentiellement néfastes s’élèvent à plus de 680 milliards USD par an dans le monde, notamment les subventions à la production et à l’utilisation de combustibles fossiles et les aides à l’agriculture ayant des effets néfastes sur l’environnement. Cela signifie que dans deux ans, ce soutien néfaste pour l’environnement aura éclipsé les 1 090 milliards USD qui doivent être consacrés aux mesures écologiques sur plusieurs années.

Dans ce contexte, les changements dans les politiques de tarification du carbone introduits comme une réponse temporaire pour protéger les ménages et les secteurs vulnérables de la crise du devraient être progressivement éliminés pour limiter leur impact négatif sur les efforts climatiques.

De même, il sera important de trouver des moyens de traiter la question du coût abordable de l’énergie dans le contexte des hausses de prix déclenchées par la guerre en Ukraine sans faire dérailler les objectifs à long terme de la sécurité énergétique et de la transition vers zéro émission nette, préconise l’OCDE.

LR/MAP

Voir aussi

Maroc,Finlande,Helsinki,terrorisme,extrémisme

Le Maroc et la Finlande rapprochent leurs expériences de prévention du terrorisme et de lutte contre l’extrémisme

Le Maroc et la Finlande ont procédé, mercredi à Helsinki, au rapprochement de leurs expériences …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...