L’Algérie coupable des violations et des disparitions forcées dans les camps de Tindouf

Algérie-polisario,Tindouf,HCDH,Espagne,Sahara

L’Ong internationale Il Cenacolo a saisi le Haut commissariat des droits de l’homme (HCDH) sur l’impunité des auteurs des violations flagrantes des droits de l’homme dans les camps de Tindouf, tenant le régime algérien pour responsable, en vertu du droit international, de tous ces abus et de la pratique, à grande échelle, de la disparition forcée dans lesdits camps.

Dans une déclaration écrite soumise au HCDH, à l’occasion de la 47ème session du Conseil des droits de l’homme, Il Cenacolo, organisation non gouvernementale dotée du statut consultatif spécial, a relevé que la disparition forcée dans les camps de Tindouf est une pratique systématique contre toute personne qui ose exprimer des opinions différentes de celles propagées par la direction du polisario.

L’omerta imposée aux populations de ces camps, la destruction des preuves et l’absence de toute voie de recours judiciaire sont autant de tares qui permettent la perpétuation de la situation d’impunité dont bénéficient les auteurs des atteintes graves aux droits de l’homme aux camps de Tindouf, fait observer l’Organisation, notant qu’aucune mesure n’a été prise pour entreprendre des enquêtes approfondies, impartiales et efficaces à propos de ces disparitions, ou encore pour la poursuite en justice des auteurs de ces crimes commis sur le territoire algérien, dans un total déni par l’Algérie de ses obligations internationales.

« Pour parer au dévoilement des atrocités commises par les dirigeants du polisario et l’armée algérienne contre les populations sahraouies des camps de Tindouf, l’appareil sécuritaire du tandem Algérie-polisario, recourt à la répression systématique de toute personne osant briser le mur de silence imposé aux habitants des camps depuis des années », fait observer Il Cenacolo.

C’est en raison de cette chape de plomb que la revendication du sort des victimes de la disparition forcée aux camps de Tindouf a tardé à surgir et n’a été portée sur la scène publique qu’après le départ de milliers d’habitants qui ont réussi à fuir les camps, et l’émigration de plusieurs autres parmi eux vers l’Espagne, où ils mènent une campagne pour faire prévaloir leur droit de connaître le sort de leurs proches, note la même source.

Les recherches effectuées par une association créée en Espagne par Lemaadla Zrug, présidente de l’”association sahraouie contre l’impunité aux camps de Tindouf (ASIMCAT)”, dont le père a été détenu et torturé à mort au bagne de “Errachid”, quelques semaines après sa naissance, a permis d’établir une longue liste de victimes sahraouies des disparitions forcées perpétrées par les dirigeants du polisario en toute impunité sur le territoire algérien, rappelle l’Ong.

L’organisation s’est attardée dans ce sens sur les multiples atrocités subies par les victimes, et les circonstances de leur enlèvement brutal, la violence qui s’en suivait et les lieux de leur séquestration, notant que des survivants souffrent encore des séquelles de ces traitements inhumains et cruels, dont les traces sont encore visibles sur différentes parties de leur corps.

Il Cenacolo dénonce à ce propos l’attitude des dirigeants du polisario et des autorités algériennes qui non seulement refusent de coopérer pour arrêter les auteurs de ces crimes, mais « ils se sont lancés dans une campagne de dénigrement et de calomnie des familles des victimes, en attaquant, via leurs relais sur les réseaux sociaux, toute personne osant s’informer du devenir d’un proche parent disparu aux camps de Tindouf».

L’ONG rappelle également les rapports de l’ONU et d’organisations internationales ayant exprimé “leur profonde préoccupation quant à la dévolution de facto par l’état algérien de ses pouvoirs, notamment juridictionnels, au polisario, notant que cette “dévolution” de facto par l’Algérie de son autorité sur une partie de son territoire au polisario a engendré un vide juridictionnel marqué par une “extraterritorialité illégale” dans les camps.

LR/MAP

Voir aussi

variant indien,Tunisie

Le variant indien détecté pour la première fois en Tunisie

Les autorités sanitaires tunisiennes ont annoncé, mercredi, avoir détecté, pour la première fois dans le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.