dimanche 26 mai 2019

Maroc-Algérie-Espagne : Cherchez l’intrus !

Si vous mettez le nom de ces trois pays –Maroc, Algérie, Espagne- sous les yeux d’un «Ado» de chez nous, en lui proposant le jeu de «Cherchez l’intrus», l’«Ado»  répondra spontanément: l’Espagne !

Car, même pour un adolescent sans grande connaissance, il va de soi que le Maroc et l’Algérie sont les deux pays les plus proches, par leur frontière terrestre commune, leur langue, leur religion…

En soumettant à ce même exercice n’importe quel citoyen maghrébin, la réponse sera la même. Parce qu’il lui semblera évident que les deux pays qui sont censés avoir le plus de liens au sein du Maghreb, ce sont bien le Maroc et l’Algérie.

Que l’on propose ce petit jeu à un Africain, un Européen, ou à un Asiatique, la réponse sera toujours pareille… Maroc-Algérie ensemble, Espagne «otra cosa» !

Et pourtant, au vu de l’amère réalité d’aujourd’hui, «l’intrus» parmi le Maroc, l’Algérie et l’Espagne, c’est l’Algérie.

Le Maroc et l’Espagne n’appartiennent pas au même continent, même si 14 km de mer seulement les séparent. Ils n’ont ni la même langue, ni la même culture… Mais les liens qu’ils ont tissés entre eux en font des partenaires stratégiques.

Sur le plan commercial, l’Espagne est le 1er client du Maroc avec une part de 23,7% et le 1er fournisseur à hauteur de 16,8%. Les échanges commerciaux entre les deux pays sont passés de quelque 2 milliards d’Euros en 2000 à quelque 13 milliards d’Euros en 2017. De son côté, le Maroc est le 11ème fournisseur de l’Espagne et le 9ème client.

Peut-on en dire autant, entre l’Algérie et le Maroc ? Bien sûr que non.

Le constat est pire au niveau de la coopération en matière sécuritaire, lutte anti-terroriste, migratoire…

Entre le Maroc et l’Espagne, la coopération dans tous ces domaines est exemplaire et va croissant.

Entre l’Algérie et le Maroc, elle est tout simplement nulle.

Sur le plan politique, les gouvernements changent en Espagne. Mais les liens avec le Maroc se renforcent, que ces gouvernements soient de droite ou de gauche… Au point que les «incidents» comme ceux qui se sont produits sous le gouvernement Aznar, en 2002 (affaire de l’îlot Persil), ne sont plus qu’un lointain nuage, totalement dissipé depuis…

Entre l’Algérie et le Maroc, les relations politiques relèvent du monde de Kafka ! Personne ne comprend pourquoi le pouvoir algérien continue de s’acharner sur le Maroc, abritant ses séparatistes du Polisario, les armant et les défendant dans toutes les tribunes du monde !

Au début, certains arguments pouvaient expliquer cette folie obsessionnelle: la peur de voir le Maroc réclamer les territoires attribués par le colonisateur français à l’Algérie, considérée à l’époque comme «territoire français» au détriment du Maroc, simple «Protectorat» qui pouvait recouvrer son indépendance tôt ou tard. Ou bien, la revanche des lendemains de «la guerre des sables» (1963) gagnée par le Maroc et considérée comme une humiliation pour l’armée algérienne. Ou encore, la course au leadership dans le continent, héritée de la guerre froide ; l’Algérie se voulant le représentant du «Bloc Est» proche de l’ex-URSS, contre le Maroc, allié de ce qu’on appelait «le monde libre» ayant à sa tête les Etats Unis…

Or, tous ces arguments «d’époque» sont aujourd’hui dépassés ! Plus de 4 décennies d’une guerre qui ne dit pas son nom, contre le Maroc, n’ont pas servi l’Algérie. Et la hargne est toujours là, intacte ?!

Au moment où l’Algérie, qui a vécu sur la rente de ses hydrocarbures, voit son économie s’effondrer, suite à la chute du prix baril de pétrole ; et où le peuple algérien a besoin de la mobilisation de ses gouvernants pour sortir de l’impasse ; ces gouvernants s’activent sur deux autres fronts: la guerre interne pour le pouvoir et la guerre externe contre le Maroc !

Ce qui n’empêche pas le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense Nationale et chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire, de se dire fier des «acquis réalisés par le pays» et de «l’édification d’un état moderne dédiant ses efforts au service du peuple (algérien) souverain»… Cela, en faisant campagne pour la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle d’avril prochain ! 

Un 5ème mandat pour un Président terrassé par un AVC il y a des lustres (2013), muet et cloué dans son fauteuil, maintenu en place coûte que coûte par un clan qui s’agrippe au pouvoir (dont Gaïd Salah fait partie)… Quel lien politique avec un tel régime qui plus est belliqueux ? 

Alors, à l’heure où le Maroc reçoit en grande pompe le Roi et la Reine d’Espagne, tandis que l’Algérie enchaîne les guerres diplomatiques contre le Maroc, à l’ONU, à l’UA et au Parlement européen… Maroc, Algérie, Espagne, «Cherchez l’intrus» !

Bahia Amrani

Voir aussi

Sahara : La goutte qui a fait déborder le vase

Nombreux sont ceux qui se demandent pourquoi le Maroc réagit aujourd’hui, avec une telle fermeté, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.