dimanche 22 octobre 2017

Le Sahara, la Suède et nous…

Ainsi donc, le gouvernement de la Suède s’apprêterait à adopter un projet de loi qui le conduirait à reconnaître la république du Polisario ?
En réalité, la position des socio-démocrates suédois sur la question du Sahara n’est pas une surprise. Leurs accointances avec les généraux algériens n’est un secret pour personne.
Le lobby du pouvoir algérien a bien profité de la chaise vide marocaine dans ce pays.
Le parlement suédois n’avait-il pas déjà approuvé, en 2012, la reconnaissance de la chimérique république sahraouie, avant que le gouvernement suédois de l’époque ne gèle cette décision ?

Aujourd’hui, la gauche suédoise croit peut être bien faire. Peut-être a-t-elle été leurrée sur la réalité des faits ? Le Maroc lui a-t-il expliqué le dossier du Sahara ? L’a-t-il approchée pour lui exposer ses thèses afin qu’elle puisse en juger, en toute objectivité, après avoir écouté les deux parties ? L’a-t-il éclairée sur la complexité du conflit ?
Sans doute pas… Ou pas assez.
Pour le Maroc, la Suède est un pays européen et un pays européen ne peut pas s’écarter des positions de l’Europe.
La Suède est un grand pays et, en tant que tel, il ne peut ignorer les démarches de l’ONU…
La Suède est un pays sensé qui a des garde-fous, quels que soient les partis politiques arrivés au pouvoir…
Bref, la Suède n’est pas une république bananière, manipulable à merci.
Or, voilà que le nouveau gouvernement suédois veut reconnaître une pseudo-république qui n’a aucun des attributs de l’Etat, tel que défini par le droit international.
Voilà que ce gouvernement ignore l’ONU, l’Europe et la communauté internationale, devant lesquels le dossier est patiemment traité, depuis des années, pour prendre une décision intempestive dont il ne mesure pas les conséquences.
Conséquences sur l’intégrité territoriale du Maroc, sur les relations bilatérales maroco-suédoises, mais aussi et surtout sur la sécurité dans la région !
Les partis politiques marocains ont décidé de prendre la route pour Stockholm, afin de sensibiliser politiques suédois et société civile à tout cela… Leur expliquer que le conflit du Sahara est un conflit créé et entretenu par l’Algérie, que les Sahraouis sont au Sahara et y vivent avec les mêmes avantages et les mêmes problèmes que tous les autres Marocains… Leur dire que le Maroc, appuyé en cela par les grandes puissances qui sont au fait des moindres détails du dossier, a mis sur la table une proposition de résolution du conflit et que cette solution d’autonomie élargie est reprise chaque année par le Conseil de Sécurité qui la juge crédible et sérieuse…
Les réactions, à travers le monde, ont aussi été nombreuses, allant toutes dans le même sens: attirer l’attention du gouvernement suédois sur l’erreur et la dangerosité de la décision qu’il a annoncé vouloir prendre.
Si les socio-démocrates de Stockholm entendent raison, le nuage sera vite dissipé.
Dans le cas contraire, cela ne changera rien à la détermination des Marocains à défendre leur intégrité territoriale. Le gouvernement de Suède doit le savoir, le Sahara est un territoire marocain. L’Espagne et la France, anciennes puissances coloniales au Maroc, le savent. Il n’y a pas de peuple sahraoui, mais une population sahraouie, au même titre que la population rifaine, soussie, mzabie, ou doukkalie… Il n’y a aucun Etat, ni aucune république sahraouie que le DRS algérien veut imposer. Il n’y a qu’un Sahara dans son Maroc et un Maroc dans son Sahara. Et, comme l’a dit le Roi du Maroc qui exprimait le sentiment de tous les Marocains, le 6 novembre 2014, «il en sera ainsi jusqu’à la fin des temps». Tout simplement parce que le Maroc est dans son droit !

Bahia Amrani

Voir aussi

Africa Action Summit : Coup de génie !

Bien sûr, l’idée de saisir l’occasion de la tenue de la COP22 pour organiser, un …

2 Commentaires

  1. Suède veut triompher en ruinant économiquement le Maroc et le déchirant socialement et en superficie au nom de la démocratie , la liberté , le droit humain et le droit des peuples.
    Pour la démocratie et la liberté se basent sur la volonté du peuple et surtout la majorité et la majorité des marocains sahraouis sont dans les provinces sud marocaines. A tindouf, il y’a une minorité mais qui elle même n’a pas choisi ce lieu ni cette situation, ils ont été enleves par les armées de boumediane et Kaddafi et sont otages de polisario, lui même otage de l’Algérie reste à savoir les responsables algériens sont des otages d’u tiers ou simplement de leur haine pour le Maroc.
    L’état sahraoui n’existe pas et sa population n’est même pas reconnue comme des refugiés parce que l’Algérie ne veut pas leur donné une carte d’existence, la liberté de circulation et d’expression.
    Et la question qui se pose, qui a introduit les institutions internationales dans ce fontionnement informel car au lieu de liberer les otages de tindouf les responsables de droit des hommes et la liberté dans le monde et toute les qualifications possibles mais qui ne peuvent pas être appliquées car la situation est anormales
    Cette situation s’aggrave par le vol ou détournement des aides internationales et le silence que des experts , des ONG et des pays comme Suède .
    Ce pays qui tout en reconnaissant la Palestine comme état libre veut etre récompenser par les arabes et les musulmans en violant l’histoire et la géographie du Maroc et en divisant son territoire et sa population.
    En fait, le fond du geste suédois n’est pas au profit de la palestine ni des arabes mais un cadeau pour Israèl puisqu’il essaye de diviser même les arabomusulmans et laisser le champs libre comme il est le cas pour El Aqssa
    Pour aiser les peuples il ne faut pas les déraciner, le laisser victimes des responsables individualistes et irresponsables qui appuvrissent leur pays et cherchent les sources de l’après pétrole.

  2. je n ai qu à retirer mon chapeau en lissant ces articles; un résumé de la situation en bréf; sans couler trop d encre!bravo à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.