Coup d’État en Birmanie | L’armée arrête Aung San Suu Kyi et prend le pouvoir

Birmanie

Un coup d’État a été perpétré lundi en Birmanie par la puissante armée qui a arrêté la cheffe de facto du gouvernement civil Aung San Suu Kyi, proclamé l’état d’urgence pour un an et placé ses généraux aux principaux postes.

Ce putsch, immédiatement condamné par plusieurs capitales étrangères, est nécessaire pour préserver la « stabilité » de l’État, ont fait savoir les militaires dans une annonce sur leur chaîne de télévision, NAME.

Ils accusent la commission électorale de ne pas avoir remédié aux « énormes irrégularités » qui ont eu lieu, selon eux, lors des législatives de novembre, remportées massivement par le parti d’Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), au pouvoir depuis les élections de 2015.

Tôt dans la matinée de lundi, Aung San Suu Kyi et le président de la République, Win Myint, ont été arrêtés.

« Nous avons entendu dire qu’ils étaient détenus à Naypyidaw », la capitale du pays, a précisé le porte-parole de la LND, Myo Nyunt.

Plusieurs autres responsables ont aussi été interpellés, selon lui.

L’armée s’est ensuite emparée de l’hôtel de ville de Rangoun, la capitale économique du pays, et l’accès à son aéroport international était bloqué par des militaires, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Les télécommunications, portables et internet, étaient gravement perturbées, a relevé l’ONG spécialisée Netblocks.

Les États-Unis et l’Australie ont rapidement réagi, appelant à la libération immédiate des dirigeants de la LND et au rétablissement de la démocratie.

« Les États-Unis s’opposent à toute tentative de modifier le résultat des récentes élections (…) et prendront des mesures contre les responsables », a averti la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, dans un communiqué.

« Nous appelons les militaires à respecter l’état de droit, à résoudre les différends par des mécanismes légaux et à libérer immédiatement tous les dirigeants civils et autres personnes détenues illégalement », a fait valoir de son côté la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne.

Message d’Aung San Suu Kyi

Dans une lettre diffusée sur les réseaux sociaux par son parti, Aung San Suu Kyi exhorte la population à «ne pas accepter» ce putsh militaire. Alors que les rumeurs de coup d’Etat se renforçaient dans le pays ces derniers jours, la dirigeante «a laissé ce message au peuple», a expliqué sur Facebook Win Htein, le président de la LND. L’armée a proclamé l’état d’urgence pour un an et placé ses généraux aux principaux postes.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a «condamné fermement» l’arrestation d’Aung San Suu Kyi : «Ces développements portent un coup dur aux réformes démocratiques en Birmanie.» Une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Birmanie prévue de longue date pourrait prendre un caractère d’urgence et être avancée en début de semaine en raison des derniers développements, a indiqué à l’AFP un diplomate.

LR/AFP

Voir aussi

AUKUS

Géopolitique | Nouvelle alliance anglo-saxonne

Les Etats-Unis, qui cherchent à renforcer tous azimuts leurs alliances face à la Chine, ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.