lundi 23 octobre 2017

Sexy, la musique !

Une célèbre plate-forme de musique s’est intéressée aux goûts et aux choix musicaux de ses utilisateurs! Quoi de plus normal, dirait-on? Il faut bien qu’on sache ce qu’ils aiment… Oui, mais l’intéressant dans la question est que cette plate-forme est allée un peu loin pour se pencher sur les pratiques dessous la couette!

Ce n’était pas pour savoir sur quel air ses utilisateurs aiment danser, manger, travailler ou dormir, mais plutôt leurs chansons préférées pour faire l’amour.
Un sondage a été organisé à cet effet et les personnes touchées devaient répondre «franchement» à la question: «Sur quelle chanson faites-vous l’amour?».
Le site s’est attelé à la tâche en sondant 2.000 personnes âgées de 18 à 91 ans, sous la direction d’un éminent psychologue. Les résultats récemment révélés par un magazine britannique mettent la célèbre chanson de la bande originale du film culte Dirty Dancing à la première place de ce classement. Il est vrai que la sensualité des scènes de danse de ce film, dans lequel Patrick Swayze va charmer la jeune Jennifer Grey à l’occasion de cours de danse pas vraiment anodins, sont en permanence mémorables. Elles le sont encore plus dans l’intimité d’un couple…
Les autres titres sont Sexual Healing de Marvin Gaye à la seconde position. Dans un tout autre registre, le Bolero de Ravel se hisse à la troisième place. Cocorico, un titre français s’attire les faveurs des sondés: Je t’aime, moi non plus de Serge Gainsbourg, classé à la 9ème place.
La musique jouerait donc un rôle déterminant dans l’intimité des couples, selon cette étude. Pour 40% des personnes interrogées, écouter de la musique au lit contribuerait au plaisir. Ce n’est pas une surprise que tant de personnes prétendent que la musique est stimulante au lit. D’après des recherches en sciences cognitives, il est établi que la musique peut stimuler la même partie de plaisir du cerveau que celle qui s’active pour la nourriture, les drogues ou également le sexe! Voilà donc une recette «magique» pour éviter les autres stimulants dont certains s’avèrent à haut risque. Alors, à vos écouteurs!

Voir aussi

Une affaire de «Q»!

Aujourd’hui, on parlera de «Q» et non pas de «C…». Il est question de savoir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.