Une affaire de «Q»!

Aujourd’hui, on parlera de «Q» et non pas de «C…». Il est question de savoir s’il y a une quelconque entre le et le sexe! Autrement dit, un élevé est-il synonyme de grand appétit sexuel? La réponse, il a fallu aller la chercher en Grande-Bretagne, plus particulièrement dans les prestigieuses universités «So British» que sont et , ces vraies usines d’élites au trop élevé.
En effet, si ces universités sont réputées pour former les élites et être les plus prestigieuses au monde, une étude vient de prouver que leurs cultivaient un goût prononcé pour la bagatelle.

L’analyse faite par un célèbre vendeur de «sex toys» en ligne dévoile ainsi que les de ces grandes institutions ont dépensé l’année dernière plus de 11.000 euros dans des objets coquins en tous genres.
Loin derrière, ceux de l’Université de Manchester, qui tiennent la troisième place de ce classement, ont déboursé 6.300 euros.
L’intelligence aurait-elle un impact direct sur la sexualité? Pour répondre, les investigateurs se sont basés sur différents constats et témoignages d’. Conclusion: Cambridge pousse vraiment ses à travailler dur. Ce n’est donc pas une surprise que ces derniers soient ceux qui dépensent le plus pour évacuer le stress d’étudier dans une excellente université!
Et de conclure que pour ces «intellos» de luxe, le sexe n’est ainsi qu’un domaine de plus dans lequel ces accros à la performance veulent exceller. Sous l’austérité apparente des murs centenaires et des uniformes, se dissimule en réalité une grande liberté de corps et d’esprit.
Entre deux cours d’économie ou de physique quantique, les étudiants peuvent donc apprendre les techniques de bandage et les secrets du maniement de martinet. Présentés sans tabou et proposés en toute légalité, ces cours privés sont remplis d’étudiants curieux qui veulent élargir leurs horizons sexuels au même titre qu’ils enrichissent leurs connaissances. Une nouvelle matière est probablement née, mais ce n’est quand même pas une branche de spécialisation. Le fait est que ces «forts», ces «beaux» et ces «super-intelligents» veulent juste prouver qu’ils sont les meilleurs et dans tous les domaines, oubliant que beaucoup «d’abrutis» sont des «As» en la matière. Ils y ont consacré leur vie et c’est pour cela que les autres ont pu faire la différence. D’où «intelligent» reste encore loin de devenir synonyme d’«étalon» et c’est bien pour les cancres, n’est-ce pas?

Concours : La BERD lance un prix de la meilleure fiction écrite

Voir aussi

SAM’inspire!

Dans l’Etat de Virginie, aux Etats-Unis, il est formellement interdit de faire l’amour en pleine …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...