lundi 18 décembre 2017

Ici, no selfie sexuel…

A-t-on déjà pensé à l’endroit le plus insolite où l’on peut bien s’adonner avec joie à un exercice physique qui sort un peu de l’ordinaire? Que de fois a-t-on parlé de couples qui faisaient l’amour dans leur voiture, sur le banc d’un jardin public, dans le jardin même, dans un taxi ou sur les rails! Mais jamais l’idée nous est venue d’imaginer un couple faisant l’amour dans, tenez-vous bien, une cabine d’essayage!

Le comble, c’est que le couple en question avait même filmé ses ébats! La scène d’une minute, tournée dans un magasin japonais en Chine, a vite été diffusée sur les réseaux sociaux et s’était répandue comme une traînée de poudre, déclenchant une affluence devant le magasin et une vague de selfies, certains mimant des positions sensuelles. En effet, la vidéo montrait, dans l’étroit espace d’une cabine d’essayage, un homme tout de noir vêtu, avec des lunettes et une jeune femme très mince qui ne porte que ses ballerines. Chuchotements, gestes et gémissements accompagnent ce qui semble être un acte sexuel express et l’homme filmant avec son portable le reflet de la scène dans le miroir! Les paroles chuchotées par les amants suggèrent qu’ils venaient de se rencontrer quelques minutes avant. Sur la bande-son, de la musique d’ambiance puis, vers la fin, une annonce au haut-parleur: «Chers clients, bienvenue au magasin… Il y a des cabines d’essayage au 2ème et au 3ème étage, si vous avez besoin d’essayer des habits»… On parle bien d’habit et non d’autre chose! Le couple, identifié, a été arrêté et la vidéo qui a été vue des millions de fois, a été retirée par la censure. En l’espace de quelques heures, le magasin pékinois est devenu une attraction, mais cela ne fait pas du tout rigoler les autorités chinoises qui ont lancé une enquête policière qui devrait aboutir très vite. Les 2 leaders des réseaux sociaux de la place ont été rappelés à l’ordre. Les personnes coupables de diffuser des livres, des films, des images ou des vidéos pornographiques risquent jusqu’à deux ans d’emprisonnement en Chine… Et là, ce n’est vraiment pas une plaisanterie!

Voir aussi

Une affaire de «Q»!

Aujourd’hui, on parlera de «Q» et non pas de «C…». Il est question de savoir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.