Allemagne | Les conservateurs allemands dessinent l’après-Merkel

Allemagne,Angela Merkel

Après déjà 16 ans de règne d’Angela Merkel, c’est le modéré Armin Laschet qui mènera l’union conservatrice CDU-CSU aux législatives de septembre.

Grands favoris des prochaines élections qui marqueront la fin de l’ère Merkel, les conservateurs allemands dévoilent lundi leur programme, axé sur la promesse de ne pas augmenter les impôts malgré le coût de l’épidémie.

Après s’être livrés une lutte sans merci pour mener le camp conservateur de la chancelière au scrutin législatif du 26 septembre, Armin Laschet, le candidat finalement choisi, et Markus Söder, son populaire rival bavarois, présenteront ensemble le programme lundi lors d’une conférence de presse.

Le programme a été adopté dans ses grandes lignes dès dimanche dans le huis clos de la direction de l’union conservatrice CDU-CSU. Le temps pressait: les chrétiens-démocrates sont les derniers à abattre leurs cartes et dévoiler ce qu’ils comptent faire s’ils restent aux commandes de l’Allemagne, après déjà 16 ans de règne d’Angela Merkel.

L’affaire paraît plutôt bien engagée: après plusieurs mois de baisse, qui les ont vus un temps devancés par les écologistes, les chrétiens-démocrates sont de nouveau solidement installés en tête des intentions de vote, avec environ 30%, selon les sondages.

«Nous voulons le meilleur résultat possible», a proclamé dimanche soir Armin Laschet, perçu comme un modéré adepte de la continuité avec Angela Merkel. «Je serais satisfait avec un score de 32, 33 ou 35%», a-t-il ajouté, soit autour du résultat du précédent scrutin de 2017 (32,9%), considéré à l’époque comme décevant.

Bien qu’impopulaire, Armin Laschet, président de la CDU et dirigeant de la région la plus peuplée, la Rhénanie du nord-Westphalie, a en particulier bénéficié des boulettes commises par les Verts, ses adversaires les plus dangereux.

Les «Grünen» et leur candidate, Annalena Baerbock, sont en nette perte de vitesse à 20%, contre plus de 25% il y a quelques semaines. Diverses bourdes ainsi qu’un impopulaire plaidoyer en faveur d’une hausse du prix de l’essence – dans un pays où l’automobile est reine – ou de restrictions sur les vols aériens bon marché ont coûté en popularité aux écologistes.

«Avec les Verts nous aurions de grandes incertitudes dans le pays, une politique idéologique et de nombreuses interdictions», a martelé dimanche Markus Söder.

Néanmoins, la droite allemande ne veut pas aller trop loin dans ses critiques contre les Verts qui, au vu des sondages, pourraient être partenaires de la future coalition gouvernementale, peut-être élargie aux Libéraux allemands du FDP. Candidat roué, Armin Laschet peut désormais compter sur un camp qui semble parvenu à étouffer ses querelles d’ego. Un camp bien décidé à profiter d’un climat de reprise post-pandémie pour rester au pouvoir quatre années de plus.

Les principales mesures du programme ont fuité au cours du week-end. Ainsi malgré un niveau de dette record lié à la pandémie, les conservateurs s’opposent à toute hausse d’impôt. Elles «seraient le mauvais signal en ce moment, du poison pour la reprise», s’est justifié Armin Laschet. Dans le même temps, des baisses d’impôts généralisées ne pourront être accordées, a-t-il prévenu.

Les conservateurs restent aussi attachés au retour du mécanisme de frein à l’endettement, suspendu durant la pandémie. Inscrit dans la Loi fondamentale allemande, il proscrit de s’endetter à plus de 0,35% du PIB par an. La recette pour concilier absence de pression fiscale renforcée et baisse du déficit reste à ce stade assez floue, d’autant que les conservateurs écartent tout recul supplémentaire de l’âge de la retraite, déjà à 67 ans.

Le chemin que les conservateurs comptent emprunter pour que l’Allemagne tienne ses engagements climatiques reste lui aussi à tracer. «Quiconque lit les propositions (des conservateurs évoquées dans la presse allemande, ndlr) sur la politique climatique ne réalise pas immédiatement qu’il s’agit de la lutte contre une catastrophe humaine», persifle le quotidien berlinois «Tagesspiegel».

Les conservateurs reprennent à leurs comptes dans leur programme l’objectif national de l’Allemagne, récemment rappelée à l’ordre par la Cour de justice de l’Union européenne, d’une neutralité carbone en 2045, avec une réduction de 65% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à 1990.

LR/AFP

Voir aussi

Royaume-Uni,pandémie de Covid-19,Angleterre

Royaume-Uni | Levée de la plupart des restrictions anti-Covid le 19 juillet

Le ministre britannique de la Santé, Sajid Javid, a confirmé lundi la levée de presque …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.