Algérie | De sommaires funérailles pour Abdelaziz Bouteflika !

Abdelaziz Bouteflika,Algérie

s’est éteint vendredi 17 septembre 2021 à l’âge de 84 ans. Il a été enterré sans bruit, lui qui a dirigé l’ pendant vingt ans (1999-2019).

Que l’on soit d’accord ou pas avec sa politique intérieure ou extérieure, Bouteflika a bien été Président de la république. De ce fait, les observateurs estiment qu’il avait droit à une cérémonie d’adieux digne d’un Chef d’Etat. Au lieu de cela, les obsèques de l’ancien président algérien se sont déroulées en sourdine. Outre le fait que sa dépouille ait été acheminée vers le cimetière d’El Alia, sur un simple affût de canon tiré par un char (une symbolique qui ne doit rien au hasard), un certain atermoiement a été observé au niveau de la présidence algérienne qui n’a décrété la mise en berne du drapeau national et un deuil de trois jours, que le lendemain de la mort de l’ancien président algérien. En outre, la dépouille de n’a pas été exposée au Palais du peuple comme le veut la tradition dans ce genre de situation.  

Une première dans l’histoire de l’ 

C’est la première fois qu’un homme d’Etat est enterré avec autant d’indifférence en . Tous les anciens présidents ont en effet eu droit à des funérailles solennelles suivies d’au moins huit jours de deuil national. Ce fut le cas, notamment pour Ahmed Ben Bella et Chadli Bendjedid, tous deux décédés en 2012. Sans parler des funérailles de l’ex-président Houari Boumediene ou encore celles de Mohamed Boudiaf assassiné en direct alors qu’il animait une dans la ville d’Annaba, au nord-est de l’Algérie. En décembre 2019, Gaïd Salah qui avait poussé vers la porte de sortie quelques mois auparavant, a lui aussi eu droit à des obsèques solennelles. Gaïd Salah est décédé selon la version officielle, d’une crise cardiaque, quelques jours après avoir été décoré de la médaille du Mérite.

Lire aussi
Algérie | Un parti d’opposition met en garde contre le “recours systématique à la gestion sécuritaire des affaires de l’Etat”

Abdelaziz Bouteflika ne faisait plus que de rares apparitions en public, depuis qu’il a été victime d’un grave Accident Vasculaire Cérébral (AVC), en 2013. Cet AVC a profondément affecté sa mobilité et son élocution.  Les chaines TV algériennes ont brièvement fait état du décès de l’ex-président algérien, sans y consacrer d’émissions spéciales. Les radios ont continué de diffuser des émissions  de divertissement, alors que l’information a figuré en entrefilet sur les médias électroniques et certains journaux, lesquels ne sont revenus sur le bilan –on ne peut plus sévère- de l’ère Bouteflika que quelques jours plus tard. Dans la rue, les avis étaient également très critiques sur les deux décennies de Bouteflika à la tête du pays.

M. Lourhzal

Message Royal

SM le Roi  rappelle les liens entre Bouteflika et le

a adressé un message de condoléances et de compassion au président Abdelmajid Tebboune, suite au décès de Abdelaziz Bouteflika. Dans ce message, Sa Majesté le Roi a dit se remémorer «les attaches particulières qui liaient Bouteflika au , que ce soit lors des périodes de l’enfance et des études dans la ville d’Oujda, ou encore au temps du militantisme pour l’indépendance de l’Algérie sœur», ajoutant que l’histoire retiendra qu’il a marqué une importante phase de l’histoire de l’Algérie.  SM le Roi a adressé un message similaire aux membres de la famille de l’ex-président algérien. Le Souverain y a affirmé partager la peine des membres de la famille du disparu, implorant le Tout-Puissant de leur accorder patience et consolation. 

Voir aussi

ONU,Union africaine,CPS

Le CPS de l’Union africaine réitère la responsabilité principale du Conseil de Sécurité de l’ONU dans le maintien de la paix et la sécurité internationales

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) a réitéré la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...