lundi 19 novembre 2018

International : L’Allemagne, puissance toujours marginale

Certains de ses dirigeants avouent une foi européenne déclinante et insistent sur un respect de plus en plus strict de la souveraineté des Etats. Berlin soutient désormais la vision française d’une gouvernance économique de l’euro, mais ne la conçoit que dans un cadre intergouvernemental.

Alors que l’engagement européen de l’Allemagne paraît plus incertain, son ancrage transatlantique se fissure. Présent sur de nombreux théâtres, Berlin refuse de s’engager dans des opérations de combat et ne semble toujours pas décidé à doter son armée de moyens crédibles face aux crises.

Son abstention à l’ONU, lors du vote sur la crise libyenne, s’inscrit dans une culture de retenue honorable, mais qui l’éloigne de ses partenaires américain et français, alors qu’il se rapproche des nouveaux centres de pouvoir, Russie ou Chine.

Trop forte pour un repli sur soi, trop faible pour les attentes -parfois excessives- de ses partenaires, l’Allemagne demeure une puissance malgré elle. En 1994, la Cour de Karlsruhe a jugé légal les engagements de la Bundeswehr en dehors des zones traditionnelles de l’OTAN.

Cependant, les missions de la Bundeswehr (armée nationale) sont toujours liées à des objectifs humanitaires ou de maintien de la paix et doivent se dérouler dans un cadre multilatéral, mandatées par les Nations Unies ou par l’OTAN.

Elles peuvent aussi se dérouler dans le cadre de l’Union européenne, mais nécessitent alors le mandat des Nations Unies. Dans les années 2010, si son engagement militaire à l’étranger n’est toujours pas au niveau de sa puissance économique, l’Allemagne déploie, en 2017, quelque 3.000 soldats hors de ses frontières, dans des missions de support.

Elle s’est ralliée à la coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie, pour former les troupes kurdes et a mis à disposition des avions de transport dans la guerre du Mali. En plus de la brigade franco-allemande, l’Allemagne a participé à plusieurs unités multinationales avec des Etats voisins dans les années 2010.

PZ

Voir aussi

Angela Merkel : Une chancelière en hiver

Il n’y a pas si longtemps, elle était désignée comme la femme la plus puissante …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.