lundi 11 décembre 2017

Egypte : Ligne dure pour le maréchal candidat

General sissi

Abdel Fattah al-Sissi, ex-chef de l’armée égyptienne et favori pour l’élection présidentielle, s’est montré intransigeant à l’occasion de sa première interview télévisée, se présentant comme le rempart absolu contre les islamistes qu’il a chassés du pouvoir.
Le maréchal à la retraite, véritable homme fort de l’Egypte depuis qu’il a annoncé l’arrestation du président islamiste Mohamed Morsi, le 3 juillet, est assuré de remporter la présidentielle prévue les 26 et 27 mai, selon les experts, tant sa popularité est grande. Et également parce qu’un seul autre candidat ose l’affronter.

M. al-Sissi a adopté une ligne dure, affirmant notamment que, s’il est élu, il n’y aurait «pas» en Egypte de Frères musulmans, la confrérie de M. Morsi. «Il n’y aura rien qui ressemble aux Frères musulmans sous votre présidence?», a demandé une journaliste. «Oui, c’est cela», a rétorqué fermement M. al-Sissi.
«Il a choisi d’opter pour une ligne dure en évacuant toute possibilité de réconciliation avec les Frères musulmans», souligne James Dorsey, spécialiste du Moyen-Orient à la Rajaratinam School of International Studies de Singapour.

Patrice Zehr

Voir aussi

Chine : Le nouvel empereur

L’apparat et la pompe du 19ème congrès du Parti communiste chinois (PCC), qui s’est achevé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.