jeudi 19 octobre 2017

Les statisticiens du monde en conclave à Marrakech

Quelque 2.500 participants, en provenance de 120 pays, se sont donné rendez-vous à Marrakech, du 16 au 21 juillet 2017, pour participer à la 61ème session du Congrès Mondial de Statistiques.

Près de 2.500 participants de 120 pays, en effet, relevant d’instituts nationaux de statistique, d’universités, de centres de recherche, d’associations de statisticiens, d’institutions régionales et internationales, ainsi que du secteur privé, se sont donné rendez-vous à Marrakech, du 16 au 21 juillet 2017, pour participer à la 61ème session du Congrès Mondial de Statistiques. Ce congrès est organisé, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) et l’Institut International de Statistique,  un réseau mondial qui compte parmi ses membres d’éminents statisticiens du monde et plusieurs institutions de statistique, nationales et internationales.

Cet Institut, doté depuis 1949 d’un statut de consultant auprès du Conseil économique et social des Nations Unies, exerce une influence sur la communauté statistique internationale par la notoriété de ses sept associations spécialisées dans les différents domaines de la statistique, dont particulièrement les statistiques mathématiques et les probabilités.

Le confiance en le Maroc

Pour Ahmed Lahlimi, Haut-Commissaire au Plan (HCP), le choix du Maroc pour l’organisation de la 61ème session du Congrès Mondial de Statistiques «témoigne du niveau de confiance dont jouit notre pays. C’est, en effet, une réelle opportunité pour faire valoir sa position dans le domaine de la statistique, au niveau du continent africain et de la région arabe».

Le choix de la Ville ocre pour abriter cette manifestation haut de gamme, «moins d’une année après l’accueil de la 22ème session des  parties (à la Convention-cadre des Nations Unies) sur le changement climatique (COP22) témoigne, par ailleurs, du rayonnement international de la ville ocre et de ses multiples potentialités d’accueil et d’organisation de manifestations d’une telle envergure», a précisé Lahlimi.

Partager les bonnes pratiques

Au rendez-vous de ce programme scientifique riche et diversifié, plus de 330 sessions scientifiques, une trentaine d’événements parallèles, une cinquantaine de réunions administratives, une dizaine de cours de formation, une centaine de posters et une vingtaine de stands d’exposition. Durant les six jours du Congrès, ce programme offre une opportunité aux participants pour partager les bonnes pratiques statistiques et échanger sur les récents développements de la statistique et ses applications dans les différents domaines démographique, économique, social et environnemental.

L’organisation du Congrès à Marrakech offre l’occasion aux participants, notamment ceux relevant des pays arabes et africains, de contribuer aux travaux de cet événement d’envergure mondiale, d’échanger les expériences et les bonnes pratiques et de faire valoir les progrès et avancées réalisés dans ce domaine, dans ces régions du monde.

Mohammed Nafaa

Le changement climatique s’invite dans la Ville ocre

A Marrakech, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a organisé deux événements spéciaux d’envergure internationale. Le premier, en partenariat avec la Présidence Marocaine de la COP22, portait sur le thème «Quelles approches statistiques pour la mesure de l’environnement et des effets du changement climatique?». Le deuxième, en partenariat avec le ministère de la Planification du Développement et de la Statistique de l’Etat de Qatar, s’est intéressé à «La Révolution des données au service des objectifs du Développement durable».

Initier la réflexion

Conjointement avec la CEA, le HCP a réuni, à l’occasion du Congrès, les directeurs généraux des Instituts nationaux de statistiques africains. Cette réunion a pour objet d’initier la réflexion sur l’organisation, en 2018, d’une conférence sous le thème «Le rôle de la Statistique dans le processus d’intégration de l’Afrique». Cette rencontre s’inscrivait dans la nouvelle dynamique du Royaume d’ouverture sur son environnement africain et de renforcement de ses liens de coopération dans les différents domaines avec les pays africains.

Voir aussi

Shell lubrifiant : Réduction du coût et gain de temps

L’optimisation du système de lubrification a un impact significatif sur des éléments tels que la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.