lundi 20 mai 2019

Universalisme de l’Islam : L’attachement aux valeurs de tolérance et de paix, un rempart contre l’obscurantisme

L’attachement aux valeurs de tolérance et de paix constitue un rempart contre l’extrémisme et l’obscurantisme, ont souligné, jeudi à Rabat, les intervenants dans le cadre d’une table-ronde sur l’universalisme de l’Islam.

Invités à engager une réflexion sur l’apport du livre de l’écrivain et philosophe Abdelwahab Meddeb intitulé “Islam, la part de l’universel”, les intervenants lors de cette table-ronde, initiée dans le cadre des “Jeudis culturels” de la Trésorerie Générale du Royaume (TGR), ont mis en exergue les valeurs universelles de l’Islam, en rendant un hommage posthume à l’auteur de cet ouvrage, l’une des figures de proue de la philosophie et un ardent militant de la question de l’universalisme musulman partout dans le monde.

Ils ont, ainsi, mis l’accent sur la richesse et l’apport scientifique du livre qui rappelle la dimension humaniste de la civilisation musulmane et son apport considérable à des domaines comme l’architecture, les sciences et la mystique.

Dans une déclaration à la MAP, André Azoulay, Conseiller de Sa Majesté le Roi, a indiqué que la nouvelle édition de ce livre, traduite dans plusieurs langues, “nous a donné l’opportunité de débattre autour de cet héritage que Meddeb nous a laissé et dont l’actualité est d’autant plus grande”, précisant que le débat sur l’universalité de l’Islam et sur son œuvre était d’une grande qualité.

Car, poursuit M. Azoulay, l’oeuvre de cet écrivain, sociologue et philosophe, est “abyssale et fondamentale”, proposant de nombreuses réflexions sur l’Islam, l’universalité de l’Islam, l’Islam au Maroc et la coexistence de l’Islam avec la judéité au Maroc.

Feu Meddeb est lu et respecté partout en Occident, notamment en France, a relevé M. Azoulay, soulignant la nécessité de faire connaître son oeuvre au Maroc eu égard à son apport académique dans le domaine de la philosophie, de l’histoire et de la sociologie et à son rôle pionnier dans la définition de la modernité de l’Islam et dans la compréhension de la diversité culturelle et spirituelle.

Pour sa part, le trésorier général du Royaume, Noureddine Bensouda, a indiqué que les “Jeudis culturels” proposent des débats sur plusieurs questions de la société, offrant la possibilité aux personnels de cette administration de s’informer sur des questions d’actualité, de s’ouvrir sur la culture et d’approfondir leurs connaissances dans un sujet d’intérêt général.

Après la conférence sur Ibn Khaldoun, a-t-il indiqué, cette table-ronde sur le livre et l’oeuvre de Meddeb a permis à des intervenants de qualité de mettre l’accent sur l’importance des valeurs telles que l’acceptation de la différence, le partage et le vivre-ensemble, des conditions sine qua non pour vivre en paix.

De son côté, l’anthropologue Salima Naji a mis en avant le militantisme de feu Meddeb qui a su tisser des liens entre les deux rives de la Méditerranée, tout en se penchant sur un travail académique très sérieux en puisant dans l’histoire, la sociologie, la théologie et la philosophie.

Attaché à la culture, feu Meddeb a voué sa vie à l’appel au dialogue interreligieux et à la primauté de la culture qui constitue un contrepoids de l’obscurantisme, a-t-elle dit.

Avec MAP

Voir aussi

Rabat : Coup d’envoi de plusieurs manifestations culturelles

Le vernissage vendredi soir à Rabat de l’exposition “l’inventaire du patrimoine marocain: un parcours de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.