Nouvelle-Zélande : 49 personnes tuées dans deux mosquées

Nouvelle-Zélande : 49 personnes tuées dans deux mosquées

Au moins 49 personnes ont été tuées et quarante huit grièvement blessées, vendredi 15 mars, lors d’une attaque contre deux mosquées de la ville néo-zélandaise de , selon un bilan officiel.

Un tireur, dans l’une des mosquées, était un Australien, a annoncé le premier ministre, , qui a évoqué un «  extrémiste de droite, violent ». Le nombre exact de terroristes n’est pas connu mais le commissaire Mike Bush a déclaré que trois hommes et une femme étaient en garde à vue. Un des suspects a été inculpé de meurtre, et doit apparaître devant un tribunal dès samedi matin.

L’état d’alerte a été relevé à son niveau maximum en . La première ministre néo-zélandaise a parlé d’une des journées « les plus sombres » de l’histoire du pays.

Quarante-et-une personnes ont été tuées à la mosquée Al-Noor, sept à la mosquée Linwood, tandis qu’un blessé est mort à l’, a décompté M. Bush.

L’attaque, méthodique, contre les deux mosquées a eu lieu à l’heure de la prière. Au moment de la fusillade, la mosquée Al-Noor, sur Deans Avenue, était remplie de fidèles, dont les membres de l’équipe nationale de cricket du Bangladesh. Ceux-ci sont ressortis indemnes.

Un témoin a raconté au site néo-zélandais d’information Stuff qu’il était en train d’y prier quand il a entendu des tirs. En prenant la fuite, il a vu sa femme morte devant l’édifice religieux. Un autre homme a dit avoir vu des enfants se faire abattre. « J’avais des corps partout sur moi. »

Selon un porte-parole de l’équipe de cricket du Bangladesh, un sport extrêmement populaire dans ce pays, aucun des joueurs venus jouer un match en n’a été blessé. « Ils sont en sécurité. Mais ils sont en état de choc. Nous avons demandé à l’équipe de rester confinée dans son hôtel », a-t-il dit à l’AFP.

Lire aussi
Nouvelle-Zélande | 100 jours sans aucun nouveau cas de Covid-19

Un Palestinien présent dans l’un des lieux de culte a raconté qu’il avait vu un homme se faire abattre d’une balle dans la tête. Il a raconté à l’AFP, sous couvert d’anonymat :

« J’ai entendu trois coups de feu rapides et, après environ dix secondes, ça a recommencé. Cela devait être une arme automatique, personne ne pourrait appuyer sur la détente aussi vite. Puis, les gens ont commencé à sortir en courant. Certains étaient couverts de sang. »

Des bombes artisanales ont par ailleurs été découvertes lors de la fouille d’une voiture, selon les forces de l’ordre.

En ce jour de prière pour les musulmans, la police a demandé aux fidèles d’éviter les mosquées « partout en  ». Un grand périmètre dans cette ville de l’île du Sud a été bouclé par les forces de l’ordre, pour qui « les risques restent extrêmement élevés ».

La police a également demandé à la population de ne pas partager « des images extrêmement pénibles » après la mise en ligne d’une vidéo montrant un homme blanc se filmant en train de tirer.

La municipalité a ouvert une ligne de téléphone d’urgence pour les parents inquiets du sort de leurs enfants, qui participaient à une marche contre le changement climatique dans la ville. « Ne tentez pas de venir chercher vos enfants avant que la police ne dise que les gens peuvent se rendre dans le centre-ville en toute sécurité », a averti la municipalité. L’ambassade de en Nouvelle-Zélande a également averti ses ressortissants sur les réseaux sociaux.

La Nouvelle-Zélande est réputée pour sa faible criminalité. Dans ce pays, « l’usage d’armes à feu pour commettre des crimes reste un événement rare », écrit ainsi le département d’Etat américain dans ses conseils aux voyageurs.

Avec Afp

Voir aussi

Banque mondiale,Sénégal,Finances

Banque mondiale | Le Sénégal obtient un appui de 300M

Le Sénégal a reçu un appui budgétaire de 300 millions de dollars de la Banque …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...