mardi 20 août 2019

MMVI : Une exposition exceptionnelle sur Eugène Delacroix

Jean-Luc Martinez et Mehdi Qotbi lors de la cérémonie de signature

Le président du Musée du Louvre, Jean-Luc Martinez et le président de la Fondation Nationale des Musées (FNM), Mehdi Qotbi, ont signé à Paris une convention-cadre relative à l’organisation, au printemps 2020, au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI) de Rabat, d’une exposition exceptionnelle sur le grand peintre français, Eugène Delacroix.

Pour le président du prestigieux Musée parisien, cette exposition, la première du genre dans le Monde arabe et en Afrique, sera conçue spécialement pour le Maroc, pays où ce peintre de génie a séjourné pendant plusieurs mois en 1832 et qui est resté pour lui une source d’inspiration durant toute sa vie.

L’idée de cette exposition est de présenter à la fois des peintures de Delacroix, mais aussi des objets marocains ramenés par le peintre en France et «montrer ce Maroc tant rêvé» par cette icône de l’art plastique.

«Les images du Maroc ont habité Delacroix», a aussi souligné Martinez à l’issue de la cérémonie de signature, qui s’est tenue en présence de la Directrice du Musée national Eugène Delacroix, Claire Bessède.

«Inspiré par le Maroc, Delacroix a, à son tour, inspiré lui-même des artistes marocains», a-t-il observé en annonçant l’organisation, en septembre prochain au Maroc, en prévision de cette exposition, d’un colloque en collaboration avec l’Académie du Royaume, pour tenter de comprendre l’influence de la peinture de Delacroix sur les artistes marocains.

Tout en se félicitant de la signature de la convention-cadre relative à l’organisation à Rabat de l’exposition sur Eugène Delacroix, Qotbi a, pour sa part, tenu à rappeler que la première convention signée par la Fondation Nationale des Musées l’a été avec le Louvre, soulignant que c’est grâce à l’accompagnement de cette prestigieuse institution que «nous avons pu répertorier les œuvres dont nous disposons».

L’exposition exceptionnelle «Le Maroc Médiéval», accrochée aussi bien au Louvre qu’au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat, «nous a permis d’avoir les œuvres pour monter le Musée de l’art de l’Islam, qu’abritera prochainement la ville de Fès».

La Convention-cadre signée entre Martinez et Qotbi porte également sur le renforcement de la coopération entre le Musée du Louvre et la FNM, notamment sur des questions scientifiques et techniques, ainsi que sur la formation du personnel.

LR

Voir aussi

Patrimoine culturel immatériel : MATA dans la liste de l’Unesco

La clôture des activités du 9ème festival MATA a été marquée par un appel à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.