USA | Biden face aux migrants

usa biden face aux migrants

Le Président américain, , a déclaré qu’il ne s’excuserait pas d’avoir aboli les politiques d’immigration de son prédécesseur républicain, qui, selon lui, portaient atteinte à la « dignité humaine ».

a cherché à défendre sa gestion de l’immigration à la frontière américano-mexicaine. Bien qu’il ait fait preuve d’empathie, il a déclaré que les États-Unis expulsaient la grande majorité des migrants, y compris les familles, en vertu d’un décret de santé publique relatif au .

Les politiques mises en place lors du mandat de permettent aux agents frontaliers d’expulser rapidement les migrants sans leur donner une chance de demander l’asile, ce qui a suscité la colère des groupes de défense des droits de l’homme.

Le nombre de migrants arrêtés à la frontière a fortement augmenté ces dernières semaines, plongeant dans une crise humanitaire et politique, un peu plus de deux mois après son entrée en fonction. Parmi les migrants, on trouve un nombre croissant de mineurs non accompagnés, qui n’ont pas été soumis à la politique d’expulsion liée à la pandémie. Près de 5.000 enfants étaient bloqués mardi 23 mars (2021) dans des postes-frontières bondés en attendant d’être transférés dans des refuges fédéraux débordés.

Lire aussi
États-Unis : Donald Trump conseille la Chine de signer un accord commercial maintenant

Un haut responsable de l’administration Biden a prévenu que le nombre de migrants augmenterait probablement lors des « caravanes de printemps » et a déclaré que le gouvernement prévoyait de « s’en prendre » aux organisations de passeurs qui manipulent les migrants.

Pour les opposants républicains, Joe Biden a encouragé davantage de migrants à traverser illégalement la frontière lorsqu’il a aboli certaines des politiques restrictives instaurées par .

Le président américain a déclaré que son gouvernement était en pourparlers avec le Mexique pour encourager les autorités mexicaines à reprendre davantage de familles de migrants, dont beaucoup fuient la violence et la pauvreté en Amérique centrale.

P. Zehr

Voir aussi

Maroc,Espagne,Grande-Marlaska,sécurité,économie,culture

Grande-Marlaska | Le Maroc, un voisin absolument stratégique et fiable

Le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a qualifié, vendredi, le Maroc de “voisin stratégique …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...